Loi sur la prostitution : Six clients ont été mis à l'amende à Paris depuis son entrée en vigueur

«INFO 20 MINUTES» Ils ont dû s’acquitter d’une amende de 300 à 350 euros comme le prévoit la nouvelle loi…

Vincent Vantighem

— 

Une prostituée discute avec un client dans son van, garé dans le bois de Vincennes (Paris, 12e).
Une prostituée discute avec un client dans son van, garé dans le bois de Vincennes (Paris, 12e). — MEHDI FEDOUACH / AFP

Ceux qui estimaient que la nouvelle loi était inapplicable en seront pour leurs frais. Selon les informations recueillies par 20 Minutes, une dizaine de clients de prostituées ont été arrêtés à Paris depuis l’entrée en vigueur, le 14 avril 2016, de la nouvelle loi sur le système prostitutionnel pénalisant l’achat d’actes sexuels.

>> Législatif : Que contient la nouvelle loi sur la prostitution ?

« Sur cette dizaine de clients, six ont fait l’objet d’une ordonnance pénale avec obligation de payer une amende de 300 à 350 euros », explique une source judiciaire à 20 Minutes. La plupart de ces clients ont été interpellés dans le bois de Vincennes (Paris, 12e).

« Il y a également eu un client arrêté dans lebois de Boulogne (Paris, 16e) pour achat d’actes sexuels et exhibitionnisme, poursuit notre source. Mais celui-ci a été déféré devant un juge et a fait l’objet d’un rappel à la loi. » Aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’une mesure d’injonction de soins.

« L’arsenal législatif fonctionne », pense Sandrine Mazetier

Pour Lorraine Questiaux, déléguée du mouvement du Nid qui œuvre pour abolir le système prostitutionnel, « cela prouve bien que cette infraction peut être punie contrairement à ce que certains pensaient. » Déposée fin 2013 alors que Najat Vallaud Belkacem était ministre des Droits des femmes, la loi pénalisant l’achat d’actes sexuels a connu un parcours sinueux en étant retoquée à trois reprises par le Sénat (à majorité de droite) avant d’être finalement adoptée, début avril.

>> Reportage : Sortir de la prostitution «avec les moyens du bord»

« Malgré les scepticismes, notre nouvel arsenal législatif prouve qu’il est réaliste et qu’il fonctionne », s’est félicitée, de son côté, Sandrine Mazetier, députée (PS) de Paris et dont la circonscription englobe le bois de Vincennes.

« Des amendes dérisoires » pour le mouvement du Nid

Reste à savoir si ces premières amendes auront également un effet dissuasif sur les autres clients potentiels. « Les amendes de 300 à 350 euros me semblent dérisoires, poursuit Lorraine Questiaux. Mais si elles peuvent participer au changement de société et réduire la demande, alors c’est une bonne chose… »

La nouvelle loi prévoit de punir l’achat d’actes sexuels d’une amende maximale de 1.500 euros, voire de 3.500 euros en cas de récidive. Selon l’étude « Prost Cost » réalisée en mai 2015 par le mouvement du Nid et le service d’écoute Psytel, la France compte environ 37.000 personnes exerçant la prostitution. Une activité dont le coût, pour la société, est estimé à 1,6 milliard d’euros par an (conséquences sanitaires, sociales...).