Paris: Avec l’arrivée du premier hôtel flottant, la Seine espère sortir la tête de l’eau

HOTELLERIE Off Paris Seine, le premier hôtel flottant ouvre ce jeudi, quai d’Austerlitz (13e arrondissement)…

Romain Lescurieux

— 

La vue depuis Bercy sur la rive gauche de la Seine.
La vue depuis Bercy sur la rive gauche de la Seine. — Laure Cometti / 20 Minutes

Le retour de la vie sur la Seine? Après les importantes inondations qui ont touché l’Ile-de-France et Paris fin mai, causant la fermeture et des pertes financières à de nombreuses péniches-bar, restaurants, boîtes de nuit et salles de spectacles flottantes, la vie reprend doucement ses droits sur les quais et sur le fleuve de la capitale. Alors que certains établissements commencent à retrouver leur clientèle, un nouvel espace fête son arrivée sur l’eau parisienne ce jeudi. Son nom :  Le Off Paris Seine.

80 mètres de longs et une soixantaine de chambres 

Amarré sur le quai d’Austerlitz, ce premier hôtel flottant de 80 mètres de long est équipé d’une soixantaine de chambres dont 4 suites, un lounge panoramique, un couloir de nage, un bar, un solarium, une terrasse estivale de 400 m2, « ainsi qu’un port intégré pour accueillir les bateaux de croisière de petite capacité », note l’office du Tourisme et des Congrès de Paris. « Nous explorons les villes en quête d’espaces à investir ou à transformer, pour créer de nouvelles expériences de vie en ville », annonce de son côté le Off sur son site. « C’est sympa, il faut avoir l’idée. Après, ça reste un hôtel comme un autre qui va travailler avec une clientèle spécifique », réagit Evelyne Maes, présidente de l' UMIH 75 (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie).

Avec un prix avoisinant les 300 euros la nuit, cet espace appartenant au groupe hôtelier Elegancia a été pensé par l’architecte duRosa Bonheur sur Seine, Gérard Ronzatti, spécialiste de l’architecture et ingénierie flottante et navale. Coût de la construction de cet hôtel fabriqué en Normandie et acheminé par la Seine jusqu’au quai d’Austerlitz : près de 11 millions d’euros, dont 4,5 millions de fonds propres. Ports de Paris, établissement public, propriétaire des quais de Seine et gestionnaire du plan d’eau, se réjouit de l’arrivée de ce nouveau locataire qui s’inscrit « pleinement dans ce mouvement de retour vers la Seine » amorcé depuis quelques années.

« 30 espaces mises à la location, 600 dossiers »

« Depuis 2012, nous avons mis trente espaces à la location sur la Seine et nous avons reçu 600 dossiers », détaille Marion Alfaro, directrice de l’agence Paris-Seine de Ports de Paris. Avec un « fleuve de plus en plus attractif et attirant », l’établissement, cherche davantage l’innovation et l’originalité pour faire vivre le tourisme stationnaire sur la Seine tout en respectant la navigation et les activités plus industrielles. Avec un prix au mètre carré le plan d’eau, fixé à 60 euros par an, Ports de Paris qui gère actuellement 400 clients sur 44 kilomètres de berges, espère encore louer des emplacements, accentuer cette diversification et relancer un business fragilisé.

Déjà affectée par les attentats et la baisse du tourisme, la crue a en effet causé un préjudice d’exploitation de dix millions d’euros aux sociétés transportant les touristes, selon le comité des armateurs fluviaux (CAF), et une perte de plusieurs milliers de d’euros pour certains établissements de loisirs.