Paris: Des migrants de retour à Stalingrad

MIGRANTS Près de 400 migrants sous le métro aérien dans le nord de Paris avaient été évacués jeudi matin, mais plusieurs d’entre eux sont revenus s’y installer dans la nuit de jeudi à vendredi…

R.L.

— 

Le campement spontané de Stalingrad en mars 2016.
Le campement spontané de Stalingrad en mars 2016. — SIPA

Alors qu’un campement de près de 400 migrants sous le métro aérien dans le nord de Paris, entre les stations La Chapelle et Stalingrad, a été évacué jeudi matin, plusieurs d’entre eux sont revenus s’y installer dans la nuit de jeudi à vendredi.

En attendant le centre humanitaire

Selon le Parisien, les migrants, dont beaucoup de Soudanais et quelques Afghans, devaient être conduits dans une trentaine de centres d’hébergement à Paris et en Ile-de-France. Moins d’une dizaine de femmes ont également été prises en charge lors de cette opération menée en collaboration avec la ville de Paris et des associations comme Emmaüs et France Terre d'asile. Mais ils sont revenus dès la nuit tombée.

En attendant, ce jeudi, Dominique Versini, adjointe d’Anne Hidalgo chargée de la solidarité, des familles et de l’enfance a fait un point d’étape sur le centre d’accueil humanitaire qui doit accueillir plusieurs centaines de réfugiés. Si elle n’a pas communiqué le lieu exact, elle a toutefois tenu à préciser que l’ouverture de ce centre se fera d’ici la rentrée. « Le but de ce futur centre sera de proposer un lieu identifié, un sas humanitaire pour que les primo-arrivants soient mis à l’abri, accèdent aux soins, se posent quelques jours et précisent leur demande avec les services de l’Etat », a expliqué l’élue.