Paris: L'ouverture du grand camp humanitaire repoussée, malgré la pression migratoire

MIGRANTS L'ouverture de ce sas humanitaire est désormais prévue pour la réntrée. En attendant, des migrants, revenus à Stalingrad, ont de nouveau été évacués ce jeudi matin…

Romain Lescurieux avec F.P

— 

378 migrants ont été évacués du campement qui s'était reconstitué ces derniers jours sous le métro aérien entre les stations La Chapelle et Stalingrad.
378 migrants ont été évacués du campement qui s'était reconstitué ces derniers jours sous le métro aérien entre les stations La Chapelle et Stalingrad. — AFP

On n’en sait pas beaucoup plus sur le camp humanitaire pour les migrants que la ville de Paris devait ouvrir dans le courant de l’été. Le 31 mai, Anne Hidalgo avait évoqué ce projet sans préciser encore les contours et le lieu exact de ce campement. « Différents lieux vont être expertisés afin de trouver le lieu idoine, où devraient à terme être accueillis plusieurs centaines de réfugiés », affirmait alors la maire de Paris.

>> Lire aussi. Quel pourrait être le visage du camp humanitaire de Paris annoncé par Anne Hidalgo?

« Deux sites identifiés »

L’exécutif organisait une nouvelle conférence de presse sur ce projet ce jeudi matin à l’hôtel de ville. Mais elle n’a pas permis d’en savoir beaucoup plus. Le lieu n’a pas été communiqué, la capacité d’accueil de ce futur camp n’a pas été non plus précisée et l'ouverure repoussée. « Plusieurs sites, deux notamment, ont été identifiés et sont encore à l’étude du point de vue juridique et urbanistique (...) dans la zone nord de Paris », a indiqué Dominique Versini, adjointe d’Anne Hidalgo chargée de la solidarité, des familles et de l’enfance. 

«La création d'un camp humanitaire en milieu urbain impose des contraintes particulières, en raison notamment de la proximité avec les lieux d'habitation», a détaillé l'élue. «Il s'agit de faire les choses dans l'ordre, pour éviter de se retrouver avec une obligation de fermer un campement à peine ouvert», a mentionné celle qui prévoit de se rendre en Allemagne, souvent pris en exemple par Anne Hidalgo sur la gestion de la crise migratoire, pour visiter des lieux d’accueil humanitaire.

« Un sas humanitaire pour les primo-arrivants »

« Le but de ce futur centre sera de proposer un lieu identifié, un sas humanitaire pour que les primo-arrivants soient mis à l’abri, accèdent aux soins, se posent quelques jours et précisent leur demande avec les services de l’Etat », a poursuivi Dominique Versini.

Le 31 mai, Anne Hidalgo annonçait l'ouverture de ce camp humanitaire d’ici « un mois et demi » face une situation « plus tenable, ni acceptable ». Ce jeudi matin, Dominique Versini évoquait plutôt une ouverture à la rentrée de septembre. L’adjoint à la solidarité n’a pas non plus écarté la possibilité d’ouvrir plusieurs sites. Une piste qui a les faveurs notamment des élus écologistes au conseil de Paris.

>> Lire aussi. Camp humanitaire de réfugiés: Encore «flou» et «peu concret» réagissent certains élus parisiens

Des migrants évacués de Stalingrad ce jeudi

En attendant, les « mises à l’abri » de réfugiés se poursuivent dans la capitale. Après l’évacuation de près de 2.000 migrants le 6 juin du campement des Jardins d’Eole (18e), 378 migrants ont été évacués ce jeudi matin d’un campement qui s’était reconstitué ces derniers jours sous le métro aérien entre les stations La Chapelle et Stalingrad, dans le nord de Paris.