Loi Travail: Un manifestant grièvement blessé par une grenade lacrymogène lors de la mobilisation

MANIFESTATION 28 policiers et 11 manifestants ont été blessés, lors d’une journée de mobilisation tendue ce mardi…

R.L.
— 
Des manifestants au milieu des gaz lacrymogènes, à Paris, le mardi 14 juin 2016.
Des manifestants au milieu des gaz lacrymogènes, à Paris, le mardi 14 juin 2016. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

Entre 75.000 à 80.000 personnes ont défilé ce mardi à Paris pour protester contre la loi Travail, selon la préfecture de police. La manifestation a été marquée par des tensions et de violents affrontements comme lors des précédents défilés, et des dégâts le long du cortège, d’une ampleur sans précédent, avec de nombreuses vitrines brisées. Des dégradations ont également été commises contre l’hôpital Necker-Enfants malades, qui a décidé de porter plainte.

Selon la préfecture, au cours de cette manifestation où ont été tirées 1.500 grenades lacrymogènes, 175 grenades de désencerclement et une balle de défense, au moins 28 policiers et 11 manifestants ont été blessés. Et parmi eux, un homme beaucoup plus sérieusement.

« La bombe lacrymo était enfoncée dans son dos »

Interrogé par L’Obs, un photographe raconte ce qu’il a vu vers 15 heures à l’angle des boulevards Montparnasse et Raspail. « J’ai vu un mec qui s’est pris une grosse bombe lacrymo dans le dos, une grosse bombe grise. C’est un homme d’une quarantaine d’années, il était debout au milieu de la rue, seul, quand les forces de l’ordre ont tiré », dit-il.


« La bombe lacrymo était enfoncée dans son dos, elle a fait un trou de 5 centimètres de diamètre », décrit le photographe. D’après lui, « elle a continué à se consumer et à faire de la fumée, elle a fait fondre son t-shirt. »

Evacué dans une civière par les pompiers et hospitalisé, le manifestant risquerait, selon plusieurs témoins qui livrent des informations restant à confirmer, de subir d’importantes séquelles, mentionne l’Express. Néanmoins, selon la préfecture qui a tenu une conférence de presse ce mercredi, le blessé « le plus grave », s’en sortirait « sans conséquences lourdes ».