Paris 2024 : La piscine olympique s’installera à Saint-Denis

JEUX OLYMPIQUES En cas de victoire de la candidature parisienne pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024, la future piscine olympique s’installera à Saint-Denis…

J.M.

— 

Paris, canidate pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024. Illustration.
Paris, canidate pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024. Illustration. — SIPA

C’est Saint-Denis qui a été choisie par le Bureau Exécutif de Paris 2024 pour y installer le futur bassin olympique, dans le cas où la candidature parisienne serait retenue pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024. Comme le révèlent nos confrères de France Bleu, cette piscine verrait le jour sur le site de « La Plaine Saunier » à Saint-Denis. Un site qui, selon les porteurs de la candidature, a l’avantage d’être proche du Stade de France, qui accueillera quant à lui les compétitions d’athlétisme. Ces deux équipements seraient reliés par une passerelle surplombant l’Autoroute A1.

15.000 places pour les JO, 2.500 après

D’une superficie de 6,8 hectares, le site de « La Plaine Saulnier » abritera deux bassins de 50 mètres, deux fosses à plongeon et offrira une capacité d’accueil de 15 000 places pendant l’événement, reconfiguré à 2 500 places après les Jeux.

>> A lire aussi : La mairie de Paris veut qu'on puisse se baigner dans la Seine pour les Jeux 2024

Selon le coprésident de Paris 2024, « ce site réunit tous les atouts. Il est extrêmement fonctionnel. Sa superficie nous permet d’envisager une optimisation des installations et, surtout, sa grande proximité avec le Stade de France et le village Olympique et Paralympique renforce la compacité de notre projet, au bénéfice des athlètes et des spectateurs », a ainsi déclaré Tony Estanguet à nos confrères de France Bleu.

La maire d’Aubervilliers dénonce cette décision

Mais cette nouvelle n’est pas du goût de tous. La maire d’Aubervilliers, qui militait depuis plusieurs semaines pour que sa ville accueille cet équipement, a vivement contesté cette décision au micro de France Bleu 107.1. « Je continuerai la mobilisation jusqu’à ce qu’Aubervilliers soit respecté » a ainsi assuré Meriem Derkaoui. «  Aubervilliers l’attend depuis 11 ans », a-t-elle rappelé, en précisant que « c’est le président Jacques Chirac qui avait affirmé, que quel que soit l’issue de la candidature en 2012 et plus tard, le centre aquatique serait réalisé sur la commune ».

>> A lire aussi : Paris: Et voici le logo de la campagne olympique Paris 2024

Elle dénonce par ailleurs une décision antidémocratique : « Comment voulez-vous comprendre que la Ville de Paris qui souhaitait une piscine sur le Fort d’Aubervilliers ne soit pas entendue ? » s’est encore interrogée la maire.