Nuit Debout: Un des fondateurs placé en garde à vue

NUIT DEBOUT Loïc Canitrot, militant et membre de la compagnie Jolie Môme, a été arrêté ce mardi, à la suite de l’occupation du siège du Medef…

J.M.

— 

Véhicule de police en 2016 (illustration)
Véhicule de police en 2016 (illustration) — O. Aballain / 20 Minutes

C’est la mi-journée, ce mardi, dans le 6ème arrondissement de Paris, lorsqu’une petite centaine de militants de Nuit Debout et intermittents du spectacle, mobilisés contre la loi Travail, investissent les locaux du Medef, comme le rapportent nos confrères de Libération. Des manifestants du groupe montent alors au deuxième étage du siège, et déploient une banderole sur laquelle est écrit : « Le déficit de l’Unedic masque les profits du patronat. »

Une altercation entre le Nuit Deboutiste et le responsable de la sécurité du Medef

« On était très calme, pas du tout vindicatifs », a confié un des militants présents lors de cette action à Libération. « Mais visiblement, le responsable de la sécurité des lieux n’a pas apprécié, et s’est mis rapidement en colère. » Quelques minutes plus tard, un cri retentit. « Je me retourne et je vois Loïc Canitrot s’effondrer, puis le responsable de la sécu s’enfuir dans son bureau », explique un témoin de la scène, intermittent du spectacle. Selon les Nuit Deboutistes, Loïc Canitrot aurait reçu un violent coup de pied dans les parties génitales.

Le Medef va porter plainte

De son côté, le Medef soutient la thèse inverse, dans un communiqué publié ce mardi.

« Le Medef a été envahi par une centaine de manifestants. Les actions commises, à commencer par l’agression d’un salarié du Medef, sont inacceptables. Le Medef portera plainte en conséquence contre les auteurs de ces actes. » Des « acteurs » qualifiés de « voyous » selon le même communiqué.

>> A lire aussi : Le conflit entre la CGT et le Medef se déplace sur le front judiciaire

Pierre Gattaz a quant à lui déploré « l’attitude irresponsable de certains syndicats », citant notamment la CGT et FO, qui selon lui « encouragent » et « justifient » des « actions de ce type ». Le président de l’organisation patronale a par ailleurs d’ores et déjà indiqué que le Medef porterait plainte contre les auteurs de ces actes.

En début d’après-midi, les policiers évacuentle siège du Medef, et placent Loïc Canitrot en garde à vue au commissariat du 6ème arrondissement. Mardi soir, il a été conduit à l’hôpital pour une consultation. Un rassemblement de soutien est organisé ce mercredi à 13 heures, devant le commissariat.