Corbeil-Essonne: Après la Seine, c'est l'Essonne qui déborde

INONDATIONS Les habitants du Moulin-Galant se sont retrouvés les pieds dans l’eau dans la nuit de lundi à mardi. Huit habitations sont touchées et l’orage menace toujours…

Fabrice Pouliquen

— 

Il y a parfois jusqu'à 50 cm d'eau. Lancer le diaporama
Il y a parfois jusqu'à 50 cm d'eau. — F. Pouliquen

« Ce n’est pas vrai, l’eau monte toujours. » Il est 14h ce mardi après-midi impasse de la place, dans le quartier du Moulin-Galant, à Corbeil-Essonne. Bottes aux pieds, les traits tirés, Sophie garde ses yeux rivés sur le niveau de l’Essonne qui s’écoule juste de l’autre côté du muret qui délimite sa propriété.

Du fond de son jardin, Sophie surveille avec inquiétude la montée du niveau de l'Essonne.
Du fond de son jardin, Sophie surveille avec inquiétude la montée du niveau de l'Essonne. - F. Pouliquen

Son jardin est gorgé d’eau malgré une pompe qui essaie d’en rejeter un maximum dans la rivière. « Elle tourne sans discontinuité depuis lundi soir, précise-t-elle. Mais rien y fait. L’eau a aussi infiltré la maison. Notre chambre est inondée. »

L’impasse de la place a les pieds dans l’eau

Ses voisins sont aussi sortis constater les dégâts. Dans l’impasse, sept autres maisons ont été touchées. « On relève jusqu’à 50 cm d’eau à certains endroits, observe Cédric. Au mieux, les jardins sont inondés. Mais parfois aussi des abris de jardins sont sous les eaux et les propriétaires de la maison la plus touchée ne sont pas encore venus constater les dégâts. »

Au Moulin-Galant, ces inondations ont pour origine les mêmes pluies torrentielles qui ont fait déborder la Seine à Paris, la semaine dernière. "La Seine est une autoroute, voilà pourquoi la montée des eaux a été rapide, explique Jean-François Bayle, maire adjoint à Corbeil-Essonne et vice-président du Siarce (Syndicat intercommunal d’aménagement, de réseaux et de cours d’eau) qui gère la rivière Essonne. Pour l’Essonne, la masse d’eau vient de bien plus loin. Du Loiret exactement."

« Un débit trois à quatre fois au-dessus de la normale »

En jouant avec les vannes et en provoquant les inondations des marais d’Echarcon, en amont, pour évacuer au maximum le surplus d’eau, le Siarce dit avoir limité les dégâts en aval, bien plus urbanisé. « Nous sommes parvenus à réduire le débit de l’Essonne à 33 m3 par seconde quand on en attendait 45 m3 initialement », précise Jean-François Bayle. 33 m3, c’est toutefois trois à quatre fois le débit normal de la rivière. « Le niveau restait très haut, il suffisait d’une goutte d’eau pour que ça déborde. »

Ce pic de crue qui se fait attendre 

Cette « goutte d’eau » a fini par tomber dans la nuit de lundi à mardi vers 2h30, heure à laquelle l’Essonne aurait atteint son pic de crue. Plus de 50 cm au-dessus du niveau normal. Des chiffres qu’on a appris à accueillir avec une grande prudence dans l’impasse de la place. « Depuis jeudi dernier, on est en alerte, racontent plusieurs habitants. La mairie nous répète sans cesse que le pic de crue est imminent. »

Le plus dur est-il passé ? La mairie de Corbeille-Essonne veut y croire en s’appuyant sur les derniers relevés positifs du Siarce. « L’Essonne était à un niveau d’1,06 mètre à 14h ce mardi. Contre 1,09m à la même heure lundi (la normale est à 0,50 m). Surtout, le niveau de la Seine à beaucoup baissé, ce qui permet à l’Essonne de s’y déverser plus rapidement. »

Et maintenant des pluies orageuses ?

Impasse de la place, les habitants ne baisseront pas la garde de sitôt. D’autant plus que des pluies orageuses sont annoncées dans la nuit de mardi à mercredi. « S’il tombe 3 mm d’eau, on pourra faire face, s’il en tombe 8 mm, ce sera bien plus compliqué », confie Jean-François Bayle.

Sophie, elle, ne voyait pas d’alternatives. « Je passerai de nouveau la nuit dans la voiture garée sur la rue, assure-t-elle. Je suis très fatiguée depuis quatre jours, mais je veux m’assurer que la pompe fonctionne en continue et que l’eau ne monte pas trop. » Cédric aurait bien aimé que la ville de Corbeil-Essonne les aide sur ce point. « Qu’on ait au moins à disposition des sacs de sable, voire quelques pompes à eau. »

« Notre ville est à la confluence de la Seine et de l’Essonne, répond-on à la mairie. Nous avons déjà dû faire face à des inondations la semaine dernière en bords de Seine. Le mieux que nous pouvions faire était de mettre en garde les habitants du Moulin-Galant pour qu’ils prennent leur disposition. »