Paris: Quand il y a crue, les pêcheurs s’en donnent à cœur joie

CRUE En débordant sur les quais, la Seine offre de nouveaux territoires d’exploration aux silures et autres gros poissons du fleuve qui, pour une fois, s'aventurent près des bords…

Fabrice Pouliquen

— 

Boris, 16 ans, attendant patiemment qu'un silure morde son leurre.
Boris, 16 ans, attendant patiemment qu'un silure morde son leurre. — F. Pouliquen / 20 Minutes

Comme chaque premier week-end de juin, c’était la fête nationale de la pêche ce dimanche. Les pêcheurs à la ligne parisiens avaient prévu de marquer le coup avec un « safari silure » organisé quai de la Tournelle, en face des îles de la Cité et Saint-Louis. « L’objectif était simple : ramener la plus grosse prise de la journée », explique Fred Miessner, fondateur de French Touch Fishing qui organisait la journée sur le principe du No-Kill (Tous les poissons sont relachés dans l'eau)

Deux silures en trente minutes

Mais le quai de la Tournelle était toujours sous les eaux ce dimanche et les organisateurs ont dû annuler ce « safari silure ». Il en fallait plus, cependant, pour casser le moral des pêcheurs à la ligne parisiens et laisser les cannes à pêche au placard. En face, sur l’île Saint-Louis, l’un des bons spots de street-fishing dans la capitale, ils étaient quelques-uns dimanche à se tenir sur un bout de muret ou des marches immergés.

Et de deux !! 󾆽󾆽󾌧󾌧

Publié par Bertrand Dambricourt sur jeudi 2 juin 2016

C’est là même que jeudi soir, Bertrand Dambricourt a accroché au bout de sa ligne un silure de 1,60 m pour 20 kg avant de le remettre à l’eau, comme chacune de ses prises. La photo a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux. C’est une belle prise certes, mais on peut trouver plus gros encore, même à Paris. « Sauf qu’en temps normal, ces poissons sont bien moins accessibles, précise Bertrand. On ramasse un silure de cette taille tous les quatre ou cinq mois. Jeudi soir, j’en ai remonté deux en trente minutes. »

« Quinze jours de pêche optimale »…

C’est tout l’avantage de la crue. En débordant sur les quais, la Seine rebat totalement les cartes et crée de nouveaux territoires à explorer. « Les petits poissons se portent sur les bords où le courant est moins fort et où ils trouvent des caches pour s’abriter, raconte Fred Miessner. Attirés par ces proies faciles, les sandres, les silures et les autres poissons carnassiers suivent le mouvement et se retrouvent à portée de canne à pêche.

C’est là qu’attendait patiemment Boris, 16 ans, perché sur son muret. « Je suis plutôt adepte de la pêche au petit, sourit-il. C’est plus ludique, ça mord plus. » L’ado a tout de même décidé de tenter sa chance après avoir vu les grosses prises postées par ses amis, ces derniers jours, sur les réseaux sociaux. « J’espère en avoir un d’ici à ce soir tout de même. » Et si ce n’est pas ce soir, cela sera demain ou dans les semaines à venir. « Nous sommes partis pour quinze jours de conditions de pêche optimales, assure Fred Miessner. Cela commence tout juste ce dimanche avec la décrue. »

… Avant le retour des bateaux-mouches

Ensuite ? Les pêcheurs à la ligne ne se font guère d’illusion. « Ce sera de nouveau le règne du lobby des bateaux-mouches, regrette Henri-Charles, croisé les pieds dans l’eau quai d’Anjou, toujours sur l’île Saint-Louis. Rien ne doit entraver leur circulation. Dès qu’une branche tombe dans l’eau, la ville s’empresse de l’enlever. » Le pêcheur peste d’autant plus que les poissons sont les premiers à en faire les frais : « Ces obstacles naturels sont d’autant de caches où les petits poissons viennent s’abriter et les plus gros viennent chasser. »

Fred Miessner acquiesce. « C’est triste, mais la Seine est gérée comme une piscine, indique-t-il. Un vrai fleuve doit vivre comme la Loire avec des obstacles naturels sous l’eau et des moments de respirations où il sort même à certains moments de son lit. »