Seine-et-Marne: La mère infanticide est déclarée pénalement irresponsable

JUSTICE Trois ans après le drame, la mère infanticide de Dampmart a été déclarée pénalement irresponsable « en raison d’un trouble psychique ou neuropsychique ». Elle ne sera donc pas jugée par une cour d’assises, mais internée en hôpital psychiatrique…

J.M.

— 

Illustration justice. Tribunal place d'Islande à Strasbourg. Le 29 01 07
Illustration justice. Tribunal place d'Islande à Strasbourg. Le 29 01 07 — G . VARELA / 20 MINUTES

A Dampmart, en Seine-et-Marne, on se souvient encore du 22 février 2013. Ce jour-là Philomène Sene, âgée de 44 ans, a tué ses trois enfants, comme le rappelle le Parisien. La mère infanticide avait alors pris la fuite, avant d’être interpellée à Paris.

>> A lire aussi : Nord: Deux fillettes retrouvées mortes, l'infanticide privilégié par les gendarmes

Trois ans après le drame, le 20 mai 2016, l’arrêt de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a été rendu : la femme a été déclarée pénalement irresponsable « en raison d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes au moment des faits ». Philomène Sene ne sera pas donc pas jugée en cours d’assises, mais internée d’office en hôpital psychiatrique.

Son mari refuse cette décision de justice

Le mari de Philomène Sene, ainsi que ses proches, n’acceptent pas la décision de la chambre de l’instruction. Bien avant le drame, son mari avait demandé le divorce en invoquant l’alcoolisme, la violence ainsi que les troubles psychologiques de son épouse. Caty Richard, l’avocate de l’époux, vient de se pourvoir en cassation.

« Les juges se sont contentés d’entériner les rapports des experts, comme une chambre d’enregistrement. Il n’y a pas eu de discussion », estime l’avocate qui conteste le sérieux du travail des experts : selon elle, pas question de parler de discernement aboli de la part de la mère infanticide.

« Si c’est moi qui l’ai fait, je ne mérite pas de vivre »

Une analyse que réfute l’avocat de Philomène Sene, Me Emmanuel Giordana : « Les parties civiles attendent des réponses que ma cliente ne peut pas leur apporter. Elle ne se rappelle pas avoir tué ses enfants. Elle le dit elle-même : "si c’est moi qui l’ai fait, je ne mérite pas de vivre" », indique-t-il.

>> A lire aussi : Double infanticide dans les Landes: Au moins 22 ans requis contre les parents

Pendant l’instruction ce sont deux collèges d’experts-psychiatres qui avaient été entendus par les juges. Les quatre médecins sont arrivés à la même conclusion : ils évoquent une « psychose et des hallucinations auditives », et ont conclu que Philomène Sene est pénalement irresponsable, a encore ajouté l’avocat de la prévenue.