Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
MANIFESTATIONUn manifestant blessé par la police dans des circonstances troubles

Loi Travail: Un manifestant blessé par la police dans des circonstances troubles

MANIFESTATION
Un jeune homme a été blessé à la tempe par un éclat de grenade, tirée par la police, jeudi cours de Vincennes. La scène a été filmée…
Un homme a été blessé à la tempe gauche par un éclat de grenade tiré par la police, jeudi soir.
Un homme a été blessé à la tempe gauche par un éclat de grenade tiré par la police, jeudi soir.  - Capture d'écran / Twitter
Fabrice Pouliquen

Fabrice Pouliquen

La vidéo, qui tourne sur les réseaux sociaux, montre des CRS longeant un muret. Puis, le premier de la file jette tout à coup ce qui s’apparente à une grenade sur la chaussée occupée par des manifestants contre le projet de loi Travail. Dans les secondes qui suivent, un jeune homme s’effondre au sol, la tempe en sang.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

L’interpellation d’un lycéen met le feu aux poudres

La scène s’est passée jeudi vers 18 h à Paris, porte de Vincennes, après la dispersion du cortège des manifestants qui avait terminé son défilé place de la Nation quelques minutes plus tôt. Cours de Vincennes, il y a alors toujours des tensions entre manifestants et policiers. « Lorsque je suis arrivée sur place, les CRS venaient d’interpeller un lycéen, raconte Andréa, journaliste parisienne sur place à titre personnel et joint par 20 Minutes. Ils l’ont emmené dans le hall d’un immeuble résidentiel. Un gendarme mobile gardait l’entrée du petit parc qui conduit à la résidence. Il y avait aussi beaucoup de gendarmes mobiles et CRS derrière le tram. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Des manifestants se rassemblent alors autour de l’immeuble et demandent la libération du lycéen. La pression monte rapidement. « C’est assez flou, reconnaît Andréa. Mais, d’un coup, il y a eu alors plusieurs tirs de grenades lacrymogènes et de grenades de désencerclement. C’était violent. »

« Il est par terre, faites quelque chose »

C’est dans cet échange de tirs qu’un manifestant reçoit un éclat à la tempe gauche et tombe au sol, en sang. Est-ce le tir des policiers que l’on voit sur la vidéo qui a blessé ce manifestant ? « Je ne sais vraiment pas, répond Andréa. Il y a eu plusieurs tirs à ce moment-là. Les policiers de la BAC sont rapidement arrivés et ont encerclé le jeune homme. La foule hurlait : “Il est par terre, faites quelque chose, vous avez fait une bavure.” »

Les pompiers arriveront dix minutes plus tard. Le jeune homme restera « un bon moment dans le camion des pompiers près de la station de tram », poursuit Andréa. Avant d’être conduit à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (13e).

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Un communiqué flou du ministère de l’Intérieur

Dans un communiqué de presse faisant le bilan des manifestations contre la loi El Khomri, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, évoque un manifestant blessé à Paris « dans des circonstances qui devront être établies ». « Comme toujours en pareil cas, le ministre de l’Intérieur a aussitôt saisi l’Inspection générale de la police nationale afin qu’une enquête administrative soit diligentée », indique le communiqué. Est-ce de l’incident cours de Vincennes que parle Bernard Cazeneuve ? Le communiqué ne le précise pas. Joint par 20 Minutes, le ministère de l’Intérieur ne donne pas plus de précisions.

Sujets liés