VIDEO. Voiture de police incendiée: «Si j’avais sorti mon arme, je serais passé du statut de héros à zéro»

TEMOIGNAGE Kevin Philippy, le policier agressé en marge d’une manifestation mercredi dernier, dit avoir pardonné à ses quatre agresseurs…

F.P.

— 

Image du policier dont la voiture a été incendiée à Paris le 18 mai 2016 par des casseurs.
Image du policier dont la voiture a été incendiée à Paris le 18 mai 2016 par des casseurs. — InfoCritiqueWeb

« Je n’ai aucune haine contre mes agresseurs. J’ai déjà pardonné. » Ces paroles sont de Kevin Philippy, l’agent de police agressé quai de Valmy, mercredi 18 mai en marge d’une manifestation. Les images de ce policier, sortant de sa voiture incendiée par des casseurs et croisant les bras pour parer les coups, l'ont fait passer de l’ombre à la lumière.

« Je n’ai aucune envie qu’ils soient condamnés lourdement »

Il a reçu la médaille d’or de la sécurité intérieure des mains de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, samedi. Kevin Philippy a aussi été intégré au sein de la police, lui qui avait manqué le concours.

Au sujet de ces quatre agresseurs, « je n’ai aucune envie qu’ils soient condamnés lourdement, a-t-il confié. Des propos rapportés par la radio RTL. Le policier souhaite juste que ses agresseurs « prennent conscience de leurs actes ». « Si j’avais sorti mon arme ou donné des coups, explique Kevin Philippy, je serais passé du statut de héros à zéro. Ma carrière aurait pu se terminer là. »