Paris : Il veut rallier la place de la Nation à la tour Eiffel en corde à sauter

DEFI Lundi, à l’occasion de la Journée européenne de lutte contre l’obésité, Brahima Cissoko, ancien champion de boxe, s’élancera pour un défi de 20 km dans Paris, en sautillant…

Fabrice Pouliquen

— 

Brahima Cissoko s'élancera lundi soir, à 18h de la place de la Nation, pour 20 km dans Paris en corde à sauter.
Brahima Cissoko s'élancera lundi soir, à 18h de la place de la Nation, pour 20 km dans Paris en corde à sauter. — F. Pouliquen / 20 Minutes

De la place de la nation à la tour Eiffel… En passant par Bastille, la rue de Rivoli, Opéra, le Louvre, Concorde et les Champs-Elysées, il y en a facile pour 20 kilomètres. « Peut-être même 25 », lâche dans un sourire Brahima Cissoko.

Pas de quoi impressionner le Parisien, ancien champion de France de boxe française en 2003 et aujourd’hui coach sportif pour particulier. Lundi à 18h à l’occasion de la Journée européenne de lutte contre l’obésité, Brahima Cissoko prévoit de parcourir la distance en 2h30 dans le meilleur des cas. Non pas à vélo, ni tout à fait en courant. Mais en corde à sauter.

« La discipline qui favorise le plus de dépenses caloriques »

Il a conservé cet accessoire de ses années de boxe et ne le quitte encore que rarement aujourd’hui. On peut même dire que Brahima Cissoko ne jure que par la corde à sauter. « C’est la discipline qui favorise le plus la dépense calorique, assure le coach sportif. C’est aussi parfait pour travailler la coordination, la souplesse, améliorer son endurance… »

Mais l’accessoire reste encore trop cantonné aux salles de boxe. « Mais les choses bougent peu à peu, note Brahima Cissoko. Je vois de plus en plus de Parisiens faire de la corde à sauter dans les parcs et des sportifs de haut niveau s’y mettent aussi pour leurs séances d’échauffement. »

L’ancien champion de boxe veut accélérer les choses. Il y a un an, il a déposé à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) le R-Jump, un concept de fitness qui allie renforcements musculaires et corde à sauter. Depuis il rêve d’un destin à la Les Mills, l’athlète néo-zélandais qui a mis au point les cours collectifs « Body attack » et ces dérivés, proposés désormais dans de nombreuses salles de sport.

« J’avais vu bien plus grand au départ »

Mais en attendant, Brahima Cissoko se lance des défis. Comme ce 20 km dans Paris, ce lundi soir, pour lequel il s’entraîne depuis plusieurs mois. « Au départ, j’avais vu les choses bien plus grand, raconte-t-il. L’idée était de faire une bien plus grande boucle. J’ai vu qu’un Américain avait fait un 42 km en corde à sauter. Je voulais moi aussi établir un record dans leGuinness Book. J’avais même prévu un bus de supporters qui devait me suivre. »

Mais Brahima Cissoko n’a pas trouvé les sponsors et n’a pas non plus obtenu les encouragements de la mairie de Paris, ni du ministère des sports à qui il a écrit. Tant pis, le Parisien partira quand même et fera ses 20 km sur les trottoirs de Paris. Viens qui veut pour l’accompagner en vélo ou en courant. Il faut juste savoir qu’avec sa corde à sauter, l’homme file à 8-10 km/h.

Une vraie course l’an prochain ?

Sinon, Brahima Cissoko donne déjà rendez-vous l’an prochain. « Cette fois-ci, c’est sûr, j’aurai mon bus de supporter et je ferai mon grand tour de Paris ». Le boxeur a aussi une autre idée : « Instaurer une vraie course de corde à sauter, lance-t-il. Toujours à l’occasion de la Journée européenne de lutte contre l’obésité et toujours si possible avec une arrivée aux Champs-Elysées. » Il a déjà trouvé un nom à sa course : « Cela s’appellera la Run-Jump »