Paris ouvre la chasse au gaspillage

Magali Gruet

— 

A quelques semaines du Grenelle de l'environnement, que le gouvernement doit organiser fin octobre, le Conseil de Paris adoptera aujourd'hui son plan climat. Un document qui définit les leviers permettant d'agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020, conformément au protocole de Kyoto. Il comporte un chapitre sur les transports, avec un objectif de réduction de 60 % du CO2 émis par la circulation d'ici à 2020, mais aussi un grand volet bâtiments : ces derniers produisent 1,75 million de tonnes de CO2 sur les 6,5 millions émis au total dans Paris. La Ville promet de faire un effort sur sa propre consommation. Elle table sur une réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre dans ses bâtiments, sur l'éclairage public et dans le parc social. Sur l'ensemble du territoire municipal, elle assure pouvoir réduire les émissions de 25 %, notamment via des travaux dans le bâti privé. L'UMP demandera aujourd'hui qu'un document contenant « les estimations du coût de l'ensemble des actions mentionnées dans le plan climat » soit annexé à la délibération.

Les Verts voudront aller plus loin dans la part d'électricité verte (solaire, éolien...) consommée par la Ville et déposeront un amendement pour que les nouvelles ZAC (zones d'aménagement concerté) aient un bilan carbone nul. Tous devraient voter le plan climat à l'issue des débats.