Voiture de police incendiée à Paris: Cinq hommes en garde à vue

VIOLENCES Les deux fonctionnaires pris à partie lors de l'incident sont légèrement blessés et souffrent de contusions...

Clémence Apetogbor

— 

Une voiture de police a été incendiée en marge d'une manifestation «anti-flics» à Paris le 18 mai 2016.
Une voiture de police a été incendiée en marge d'une manifestation «anti-flics» à Paris le 18 mai 2016. — Thibauld MALTERRE / AFP

Bernard Cazeneuve avait prévenu que d’autres interpellations interviendraient. Une cinquième personne a été placée en garde à vue après l’attaque mercredi à Paris d’une voiture de police. Le véhicule a été saccagé et incendié.

>> A lire aussi: Que sait-on de la voiture de police incendiée?

Quatre hommes, dont trois âgés de 18 à 21 ans, avaient été interpellés et placés en garde à vue dès mercredi, dans les locaux de la 2e DPJ (district de police judiciaire). Parmi ces quatre suspects, trois avaient "fait l’objet de la part de la préfecture de police de Paris d’une interdiction de paraître dans les manifestations". L’un de ces trois arrêtés avait été "cassé par le tribunal administratif" mardi, a-t-on précisé de source policière.

>> A lire aussi : VIDEO. Le sang-froid exemplaire du policier dont la voiture a été incendiée

L’incident a eu lieu en marge de la manifestation des policiers pour dénoncer la « haine anti-flics ». Pris à partie, deux gardiens de la paix ont pu s’extirper in extremis du véhicule dont les pare-brise avant et arrière ont été brisés à coup de barre de fer, avant que des engins incendiaires ne soient jetés à l’intérieur de l’habitacle. Les deux fonctionnaires sont légèrement blessés et souffrent de contusions.

>> A lire aussi: Les policiers se rassemblent à l'abri des casseurs... et de la population

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire et le préfet de police Michel Cadot a dénoncé une attaque « particulièrement choquante », « qui marque une escalade dans la violence gratuite et brutale » contre les forces de l’ordre.

>> A lire aussi: Pourquoi ça chauffe à Nantes et à Rennes