La riposte des automobilistes parisiens face aux mesures antipollution

Justice L’association 40 Millions d’automobilistes a décidé de se rebeller face aux interdictions de circulation de véhicules anciens, effective à Paris dès le 1er juillet…

J.M.
— 
Illustration. Voitures circulant à Paris.
Illustration. Voitures circulant à Paris. — SIPA

L’association d’automobilistes 40 Millions d’automobilistes lance une action collective en justice, pour lutter contre les interdictions de circulation de véhicules, effectives dès le 1er juillet prochain, selon une information du Parisien.

A partir de cette date, les quelque 513.000 propriétaires de voitures que compte l’Ile-de-France vont en effet devoir regarder leurs cartes grises avec attention avant de pouvoir traverser Paris.

Fait unique en France, la capitale a décidé de bannir de ces murs les modèles immatriculés avant 1997. Une pilule qui passe mal auprès de certains, qui ont décidé de se rallier à l’association pour lancer une action en justice. Objectif ? Obtenir une indemnisation du préjudice financier subi selon eux par les automobilistes franciliens.

870.000 véhicules concernés selon l’association

Au cœur de la polémique, l’association estime que les modèles concernés par cette interdiction de circuler perdront du jour au lendemain la moitié de leur valeur. « Plus de 870.000 véhicules sont concernés », a ainsi affirmé le délégué général de l’association, Pierre Chasseray au Parisien. Considérant que ces vieilles voitures vont immédiatement perdre de leur valeur, l’association estime que chaque véhicule subira une « dévaluation de 1.250 euros en moyenne ».

Des chiffres que minimise dans les colonnes du Parisien le cabinet d’expert automobile Inovev, estimant que le chiffre total de véhicules concernés, et encore en circulation en Ile-de-France avoisine plutôt les 500.000 véhicules. Et rappelant également que ces voitures, vieilles de plus de 20 ans, ne valent déjà plus grand-chose à la revente.