Paris: Le défenseur des droits ouvre une enquête après le contrôle d'un handicapé

FAITS DIVERS Plusieurs associations ont saisi le défenseur des droits après la diffusion de la vidéo du contrôle policier sur les réseaux sociaux…

Mikaël Libert avec AFP

— 

François Bayga, joueur de rugby-fauteuil en Ile-de-France, a été contrôlé par la police, lundi, sur un quai de Gare de Lyon.
François Bayga, joueur de rugby-fauteuil en Ile-de-France, a été contrôlé par la police, lundi, sur un quai de Gare de Lyon. — Capture d'écran / Facebook

Très vive émotion. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a ouvert une enquête après le contrôle d’un handicapé par trois policiers en gare de Lyon, à Paris. La vidéo du contrôle, postée par un témoin, a suscité une vive émotion sur les réseaux sociaux.

C’est le collectif « Stop contrôle au faciès » qui a saisi en premier le Défenseur des droits. Une information confirmée, mercredi soir, sur le compte Twitter du Défenseur des droits.

Dans un communiqué, le Cran (Conseil représentatif des associations noires) assure, de son côté, avoir aussi saisi le ministère de l’Intérieur et l’IGPN (Police des polices). L’association compte, par ailleurs, déposer une plainte pour « acte de barbarie et maltraitance » et demander « l’exclusion immédiate et définitive de ces policiers ».

Deux millions de vues

La vidéo, visionnée près de deux millions de fois sur Facebook, montre la fin de la scène où trois policiers s’éloignent d’un homme assis à terre, ses affaires personnelles éparpillées autour de lui et ses prothèses de jambes posées en vrac sur le sol.

La scène a vivement fait réagir les internautes, qui dénoncent dans leurs commentaires une « honte » ou un « abus de pouvoir ». Sur sa page Facebook, le club de rugby CAPSAAA-Paris a appelé à manifester mercredi prochain devant la gare de Lyon pour « soutenir notre coéquipier et ami François Bayga ».

La vidéosurveillance pour dédouaner les policiers

Selon une source policière cependant, « cette personne handicapée urinait sur le quai » lorsqu’elle a été contrôlée. Après avoir été verbalisé, l’homme « a fait un esclandre et de lui-même il a jeté ses prothèses pour rameuter la foule ».

« Ces faits ont été confirmés par la vidéo » de la RATP, a-t-on indiqué de même source, en précisant que le contrôle « s’est passé tout à fait normalement jusqu’à la verbalisation », ce que ne montre pas le film posté sur les réseaux sociaux « dont on ne voit que la fin ».