Paris: Rats, moisissure… Des parents d’élèves mobilisés pour leur école qui «tombe en ruine»

SOCIAL Danielle Simonnet, conseillère de Paris (Parti de Gauche) se rendra ce lundi à l’école Davout (20e arrondissement) pour soutenir les parents d’élèves…

Romain Lescurieux

— 

L'appel à la mobilisation pour ce lundi 2 mai
L'appel à la mobilisation pour ce lundi 2 mai — DR

Rats, moisissures, humidité, façades qui s’écroulent. Depuis le 14 avril, les parents d’élèves de l’école Davout dans le 20e arrondissement, sont mobilisés pour sauver un équipement scolaire parisien en piteux état. « Après le gros orage dans la nuit 13 au 14 avril qui a inondé quatre salles de cours, nous avons décidé d’occuper l’établissement car c’était le trop-plein », explique Zarianti Soa, parent d’élève FCPE, qui n’entend rien lâcher.

A l'intérieur de l'école Davout
A l'intérieur de l'école Davout - DR

Ce lundi - jour de la rentrée des classes - une quinzaine de parents vont en effet poursuivre leur mobilisation afin d’obtenir des garantis sur cet endroit devenu « dangereux pour les enfants », continue-elle avant d’énumérer les points critiques.

« Un faux plafond est tombé en plein cours et des fils électriques sont dénudés »

« Il y a des rongeurs dans les dortoirs et dans la cantine, un plafond est tombé en plein cours, des fils électriques sont dénudés, des excréments remontent dans la cour de récréation », détaille cette mère de famille de six enfants, dont trois scolarisés à Davout. Selon elle, cet établissement qui accueille près de 200 enfants - dont certains en très petite section - se dégrade d’années en années.

Le faux plafond qui est tombé
Le faux plafond qui est tombé - DR

« Ça tombe en ruine. Il y a trois ans, l’établissement a pris feu et le toit n’a pas été rénové. Et depuis un an, il n’y a que de l’eau froide. », poursuit-elle, dépitée. « Nous demandons donc le financement d’urgence pour la rénovation de l’école. Et nous voulons également une expertise et un bilan général pour être certain que nos enfants sont en sécurité », dit-elle au nom des parents d’élèves soutenus depuis, par Danielle Simonnet, conseillère de Paris au Parti de Gauche.

La moisissure s'est propagée dans de nombreux endroits
La moisissure s'est propagée dans de nombreux endroits - DR

« On ne peut pas laisser les enfants dans cette situation »

« C’est catastrophique. On ne peut pas laisser les enfants dans cette situation. J’ai interpellé la mairie de Paris et la mairie d’arrondissement avant les vacances. Car la situation, notamment les problèmes d’inondations, dure depuis trop longtemps. Depuis des années en réalité », note l’élue. « Des travaux ont normalement été faits pendant les vacances mais il y a encore de nombreux dysfonctionnements », ajoute-t-elle.

Jacques Baudrier, élu (PCF) du 20e arrondissement et délégué à l’architecture à la Mairie de Paris - suivant donc le dossier Davout de près - tient à être rassurant. « Normalement, c’est bon. Cette histoire ne devrait être qu’un mauvais souvenir », répond-il.

« Les travaux d’étanchéité ont été faits pendant les vacances »

« Tout ce qui devait être fait a été fait. Si les travaux sur les façades seront, eux, réalisés l’an prochain, Il y a eu des travaux d’étanchéité pendant les vacances réalisés par la section locale d’architecture. Et a priori ça devrait aller », note-t-il. Zarianti Soa en est moins convaincue. « Même si nous n’avons pas pu occuper l’école durant une semaine, le reste du temps nous n’avons pas vu grand monde, hormis la dératisation et quelques personnes avec des planches de bois », assure-t-elle.

Des excréments de rongeurs
Des excréments de rongeurs - DR

« Ce lundi, nous allons donc juger par nous-mêmes mais nous continuerons le mouvement pour avoir une garantie totale de sécurité », prévient-elle. Danielle Simonnet s’y rendra également. Car pour elle, « il est important qu’aucune école dans la capitale ne soit abandonnée ». « Les écoles des quartiers populaires ne doivent pas être moins bien prises en compte que les écoles du centre », rappelle-t-elle, précisant qu’elle déposera un vœu en urgence au conseil d’arrondissement le lendemain pour une amélioration de la situation.