Touraine: La suppression du «Pass contraception» en Ile-de-France, un «signal désastreux»

SANTE « Le Pass contraception, c’était aussi une manière d’entrer en contact, de sensibiliser, de parler avec les jeunes » a fait valoir la ministre de la Santé, Marisol Touraine…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de la Santé Marisol Touraine le 9 mars 2016
La ministre de la Santé Marisol Touraine le 9 mars 2016 — ALAIN JOCARD / AFP

La ministre de la Santé Marisol Touraine a qualifié jeudi de « signal désastreux » la suppression par le conseil régional d’Ile-de-France, présidé par Valérie Pécresse (LR) du « Pass contraception », dispositif d’accès gratuit et anonyme des jeunes à des contraceptifs et des tests de dépistage.

>> Lire aussi. Arrêt du Pass contraception en Ile-de-France: Peut-on vraiment parler d'un «échec»?

« Une manière d’entrer en contact, de sensibiliser, de parler avec les jeunes »

« J’appelle Valérie Pécresse, qui semble vouloir faire de la prévention une orientation forte, à ne pas renoncer à agir en direction des jeunes filles, des jeunes femmes » a déclaré la ministre sur France Inter, se disant « préoccupée par le signal qu’elle envoie en supprimant le Pass contraception ».

« C’est un signal désastreux, et cela me permet de rappeler que (…) j’ai fait voter à la fin de l’année dernière une loi qui instaure la gratuité non seulement de la contraception mais des consultations et des examens biologiques liés à la contraception, à partir du 1er juillet prochain », pour les mineures de plus de 15 ans, a-t-elle ajouté.

Soulignant l’inefficacité du dispositif pour justifier sa décision, la présidente du conseil régional d’Ile-de-France avait également expliqué, lors du vote du budget début avril, que les « 20.000 euros » inscrits au budget pour ce poste n’étaient « pas dépensés », zéro pass ayant été distribué en 2015.

Mais « le Pass contraception, c’était aussi une manière d’entrer en contact, de sensibiliser, de parler avec les jeunes » a fait valoir Marisol Touraine. « Cette responsabilité-là, la région y renonce et je le regrette. Encore une fois, c’est pour moi un signal désastreux à un moment où en sait que les questions liées à la santé sexuelle sont des questions tout à fait importantes », a-t-elle jugé.