Paris: Un petit commerçant fait plier un Franprix sur l’ouverture du dimanche

OUVERTURE DOMINICALE Dans le 20e arrondissement, Ouisem Boudaya se bat pour que le Franprix voisin de son épicerie respecte l’obligation préfectorale de fermer à 13h chaque dimanche…

Fabrice Pouliquen

— 

Boulevard Davout, un épicier se bat contre la concurrence illégale d'une supérette Franprix. (Photo illustration)
Boulevard Davout, un épicier se bat contre la concurrence illégale d'une supérette Franprix. (Photo illustration) — A. Gelebart / 20 Minutes

Ouisem Boudaya, 41 ans, est un épicier tenace. Gérant du magasin « Alimentation générale » du boulevard Davout, dans le 20e, le commerçant fait face depuis 2012 à la concurrence illégale que lui livre chaque dimanche le supermarché d’en face, rapporteLe Parisien. Un Franprix (groupe Casino) qui, selon Ouisem Boudaya, restait ouvert jusqu’à 20h chaque dimanche alors que la réglementation préfectorale l’oblige à baisser le rideau à 13h.

Des oeufs et de la farine contre la vitrine

Le petit commerçant, qui se dit au bord de la faillite, a lancé la fronde les dimanches 10 et 17 avril, en lançant contre la vitrine du Franprix des œufs et de la farine notamment. Du coup, le 10 avril, le supermarché a fermé à 14h. Et le 17, le Franprix a résisté jusqu’à 18h. « J’ai fini par jeter de l’huile de friture », sur le magasin, raconte Ouissem Boudaya au Parisien. La police a aussi adressé au supermarché deux procès-verbaux transmis au tribunal de police, indique le quotidien.

Résultat, ce dimanche, le supermarché a fermé ses portes à 13 heures… pour la première fois depuis le 6 mai 2012 ? assure Ouissem Boudaya.

Une illégalité bien souvent double

Eric Scherrer, président du syndicat des employés du commerce et des interprofessionnels (Seci-Unsa) observe, toujours dans Le Parisien, que « depuis des années, les supérettes Franprix et Leaderprice sont les champions des violations de la loi sur le travail du dimanche. » Il indique que beaucoup de ces enseignes sont dans l’illégalité à double titre puisque non seulement elles contreviennent à la fermeture dominicale à 13h mais, en plus, ouvrent le lundi en infraction avec l’obligation de fermeture un jour par semaine.

Boulevard Davout, Ouissem Boudaya est bien décidé à faire appliquer la loi et à saisir la justice pour obtenir gain de cause.