Paris: Nouvelles manifestations de jeunes contre la loi travail, des heurts, des interpellations

MOBILISATION Quatre personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles et « outrages »...

R.L. avec AFP

— 

La place de la République ce jeudi après-midi
La place de la République ce jeudi après-midi — Sipa Press

Nouvelles manifestations, blocages de lycées, agression de membres de la direction d’une cité scolaire, heurts avec la police : les jeunes étaient mobilisés ce jeudi contre la loi travail dans différentes villes, dont Paris. 20 Minutes fait un point sur les événements de la journée.

« Outrages »

Dans la capitale, quatre personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles et « outrages », lors d’incidents qui ont éclaté avec les forces de l’ordre avant même le début d’une manifestation d’organisations étudiantes, prévue de Stalingrad jusqu’à la place de la Bastille. L’ambiance était électrique en début d’après-midi, avec plusieurs tirs de gaz lacrymogène répondant aux jets de projectiles.Selon les informations de BFM TV, trois autres légèrement blessés par un mouvement de foule. Les pompiers sont intervenus.

Situation tendue à République

Un peu plus tard dans la journée, la situation s’est également tendue sur la place de la République. Les heurts ont débuté quand quelques dizaines de jeunes cagoulés ou masqués se sont arrêtés sur la place pour affronter les forces de l’ordre, alors que le cortège devait continuer son chemin vers la place de la Bastille. Ils ont jeté des chaises, bâtons, bouteilles en direction des CRS présents, qui ont riposté avec des charges et des gaz lacrymogènes.

Une jeune femme a été emmenée à l’hôpital pour une raison encore indéterminée, a-t-on appris de source policière. Peu après 16h, 400 manifestants étaient toujours présents sur la place, selon la même source.

Des violences contre des proviseurs

Par ailleurs, en tout début de matinée, deux membres de la direction de la cité scolaire Voltaire, dans le 11e arrondissement de Paris, ont été agressés : un jeune a porté un coup « violent » à la tête du principal-adjoint tandis qu’unautre jetait un sac de gravats à la proviseure adjointe, selon le rectorat, qui a porté plainte. Cet établissement est régulièrement bloqué depuis plusieurs semaines, à l’aide de poubelles et de barrières, par des lycéens qui réclament le retrait de la loi travail.

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, a condamné « fermement les nouvelles agressions et les violences intolérables commises encore aujourd’hui dans les lycées franciliens ». Elle a interpelé le gouvernement et lui a demandé « des mesures rapides de protection pour les lycées ainsi que pour les personnels de l’Éducation nationale et de la Région confrontés à un climat d’une rare violence ».

« Nuit Debout » en perspective

Les participants à la manifestation parisienne, à l’appel de la Coordination nationale étudiante (CNE), ont prévu de se retrouver en fin d’après-midi sur la place de la République, lieu de rassemblement depuis deux semaines des participants à la « Nuit debout ». Peu avant 17h, la place commençait déjà à se remplir.