Marathon de Paris: Un dispositif de sécurité «considérablement renforcé» pour la 40e édition

EVENEMENT Le dispositif de sécurité du marathon de Paris va être « considérablement renforcé » a déclaré ce jeudi, Edouard Cassignol, directeur du marathon au sein de l’organisateur ASO (Amaury Sport Organisation)…

Romain Lescurieux et Fabrice Pouliquen
— 
Des coureurs sur les Champs-Elysées lors du 39e marathon de Paris, le 12 abril 2015
Des coureurs sur les Champs-Elysées lors du 39e marathon de Paris, le 12 abril 2015 — THOMAS SAMSON AFP

Dernière ligne droite. Ce dimanche, près de 50.000 participants (57.000 inscrits) vont prendre le départ du 40e marathon de Paris. De l’avenue des Champs-Elysées à l’avenue Foch, en passant par les bois de Boulogne et Vincennes, les coureurs tenteront de parcourir les 42 kilomètres et 195 mètres, sous les applaudissements de centaines de milliers de spectateurs. Mais l’Etat d’urgence décrété à la suite des attentats de novembre, impacte toutefois cette édition 2016.

>> Lire aussi. Marathon de Paris: Les coureurs sont-ils tous accros?

« Nous avons eu ces dernières semaines des réunions régulières avec la Préfecture de Police de Paris, et on peut dire que le dispositif prévu a été considérablement renforcé », expliqueEdouard Cassignol, directeur du marathon au sein de l’organisateur ASO (Amaury Sport Organisation. Nombre élevé d’agents de sécurité, présence de physionomistes, fouilles renforcées au niveau des consignes bagages, aux entrées des SAS, ou encore sensibilisation accrue de tous les bénévoles… 20 Minutes fait le point à chaque étape.

40e marathon de Paris
40e marathon de Paris - Jean Michel CORNU, Vincent LEFAI AFP

Retrait et revente du dossard : Un risque ?

Après s’être inscrit et avoir payé sur Internet, le coureur doit obligatoirement se présenter muni de sa pièce d’identité, sa convocation et un certificat médical au salon du Running, à la Porte de Versailles. Toutefois, malgré l’illégalité, certains le retirent et le revendent dans la foulée. « Je me rends dans l’après-midi retirer mon dossard au salon du running de la porte de Versailles et je peux vous le remettre en main propre dans la foulée », nous propose Pablo*, forfait dimanche après une blessure aux ischio-jambiers.

Autrement dit, Pablo fournit les documents nécessaires. Et celui qui lui achètera son dossard participera à la course en tant que parfait inconnu pour les organisateurs. Cette pratique -condamnée par ASO - de revente de dossards à des personnes « inconnues » est-elle risquée en termes de sécurité ?

>> Lire aussi. «Trop cher», ils achètent leur dossard sur Internet

ASO indique qu’aucunes « mesures particulières » n’ont été prises sur ce point mais certains évoquent davantage « un problème en termes de santé que de sécurité », comme Thomas, un runner, habitué du marathon. « En cas de blessure ou pire, nous n’aurons pas les bonnes informations. Ça peut être grave », rappelait lors de la précédente édition Christophe Puginier, en charge de l’organisation des courses à pied chez ASO.

Accès au sas de départ pour les coureurs 

Avant de pouvoir accéder à l’entrée de leur SAS, les coureurs et les accompagnateurs éventuels devront passer par un barrage filtrant. Et pour cause. « Nous avons renforcé considérablement les fouilles des bagages que les marathoniens déposent dans des consignes, avenue Foch, avant de rentrer dans les sas de départ », détaille Edouard Cassignol. « Il y a quand même 30 % des marathoniens qui viennent avec un bagage. On a prévu des équipes supplémentaires pour que tout soit fluide, les bagages seront inspectés avec des détecteurs de métaux », précise-t-il.

Accès aux abords de la zone pour les spectateurs 

Concrètement, il y a « un renforcement extrêmement sensible des zones de départ et d’arrivée. Les Champs-Elysées ne sont pas interdits au public mais les dispositifs seront renforcés de manière significative sur les Champs-Elysées », souligne Yann Le Moenner, directeur général du groupe ASO. Globalement, le nombre de vigiles de sécurité est augmenté et des physionomistes seront également présents. Soit, selon Edouard Cassignol. « des personnes formées pour détecter tous les comportements anormaux, et enfin nous avons briefé nos presque 3.000 bénévoles sur le fait d’être vigilant le jour J ».

* Le prénom a été modifié