Paris: Le projet de réaménagement de sept places emblématiques adopté

URBANISME Le Conseil de Paris a voté ce mardi le projet de réaménagement visant à faciliter la circulation des piétons et cyclistes…

Claire Planchard

— 

La place de la Bastille à Paris
La place de la Bastille à Paris — GABRIEL STEPHAN/SIPA

C’est parti !Le Conseil de Paris a voté ce mardi le réaménagement de sept places emblématiques de Paris : la place de la Bastille (4e-11e-12e arrondissements), de la Nation (11e-12e), du Panthéon (5e), d’Italie (13e), de la Madeleine (8e), la place Gambetta (20e) et la place des Fêtes (19e).

« Nouveau confort » aux piétons

Les travaux s’échelonneront de 2017 à 2019 avec un objectif commun : « que le piéton et le cycliste deviennent prioritaires sur ces sept places », a lancé ce mardi la maire PS de la capitale Anne Hidalgo en présentant le projet.

Pour Christophe Najdovski (EELV), adjoint à l’espace public porteur du projet, « ces places s’apparentent aujourd’hui à de simples giratoires ». Le projet « va permettre de reconsidérer l’espace public, non comme un seul tuyau à voitures, mais aussi comme un support de la vie sociale ».

L’axe général du projet prévoit « un nouveau confort » aux piétons avec des traversées plus courtes, plus nombreuses et 50 % en plus des espaces qui leur sont dédiés. Le « ruban » de route dévolu aux voitures quant à lui n’excèdera pas 12 mètres et le stationnement des voitures sur les places même va être réduit.

Jeux d’eau et événements festifs

Le piéton pourra ainsi retrouver « le contact direct avec le Panthéon, la Madeleine, les bronzes de la Nation ou la colonne de Juillet » à la Bastille, a dit Anne Hidalgo.

Des fontaines à boire, des jeux d’eau « légers » pourront équiper ces places avec un « renforcement de la présence du végétal », arbres, jardinières ou pelouses.

Les places pourront également être réaménagées de façon à pouvoir accueillir des événements festifs, concerts, animations, etc.

Un budget critiqué

Le budget consacré à ces aménagements s’élèvera à 35-40 millions d'euros, un budget jugé insuffisant par la droite parisienne mais aussi par les communistes et les écologistes.Le réaménagement de la seule place de la République a en effet coûté 24 millions d’euros.

Ce projet « manque de souffle », a également dénoncé Nathalie Kosciusko-Morizet, chef du groupe Les Républicains, « il s’agit essentiellement d’élargir quelques trottoirs, de remplacer un mobilier urbain inadapté et d’ajouter quelques travées piétonnes ».