Paris: Il y aura bientôt des voitures volantes sur la Seine

TRANSPORT Le skipper breton Alain Thébault a mis au point le Sea Bubble, une bulle de quatre places, 100% électrique, qui navigue au-dessus de l’eau. Et il imagine la Seine comme premier terrain de jeu...

Fabrice Pouliquen

— 

Le Sea Bublbe pourrait débarquer au-dessus del a Seine dès 2017. Lancer le diaporama
Le Sea Bublbe pourrait débarquer au-dessus del a Seine dès 2017. — Maquette @ Alain Thébault

Décidément, les projets d’innovations pullulent en matière de transport urbain. Après les minibus sans chauffeurs, annoncés par Jean-Louis Missika, l’adjoint au maire en charge de l’urbanisme, pour faire la liaison entre les gares parisiennes d’ici 2020, c’est cette fois-ci le navigateur breton Alain Thébault qui émet une nouvelle idée : des voitures volantes sur la Seine dès l’an prochain.

Une bulle avec quatre ailes

Le skipper de l’hydroptère, bateau qui peut naviguer cinq mètres au-dessus de l’eau à partir d’une certaine vitesse, grâce à des ailes immergées, a conçu un mini-hydroptère de quatre places nommé « Sea Bubble ». « C’est une bulle avec quatre ailes qui, avec la vitesse et deux petits moteurs électriques, sustente la bulle », explique-t-il dans un reportage de France 2. L’engin fonctionne à l’électricité, sans aucune émission de CO2.

Alain Thébault, a un terrain de jeu bien en tête pour son Sea Bubble : la Seine à Paris, connue pour ses embouteillages. Le Sea Bubble permettrait de décongestionner les rues aux abords du fleuve. N’espérez toutefois pas battre des records de vitesse : ces bulles volantes n’excéderont pas les 18 km/h.

Anne Hidalgo emballée

Anne Hidalgo, la maire de Paris, serait emballée par le projet. Elle a déjà écrit au navigateur, relate L’Usine Nouvelle : « Je souhaiterais, si possible, que Paris soit la première capitale à tester les deux premiers prototypes de vos bulles volantes électriques sur la Seine, dès le printemps. Vous pouvez compter sur mon soutien. » Londres et Hong-Kong auraient aussi manifesté leur intérêt.

Le coût de construction d’un Sea Bubble s’élève à 12.000 euros. Alain Thébault, qui a créé une start-up autour de ce projet en décembre dernier, est très optimiste. Dès 2017, il prévoit de vendre au moins 500 Sea Bubble dans le monde. Dans un premier temps, ces bulles fonctionneront avec un chauffeur à la manière des VTC, avec des prix équivalents. « Mais l’objectif est de les rendre totalement automatiques et autonomes », explique le navigateur à L’Usine Nouvelle.

Le groupe français DCNS, spécialisé dans l'armement naval, a décidé d'apporter son soutien au navigateur Alain Thébault, père du trimaran à foils Hydroptère, pour s'attaquer à plusieurs grands records océaniques, dont ceux des traversées du Pacifique et de l'Atlantique.
Le groupe français DCNS, spécialisé dans l'armement naval, a décidé d'apporter son soutien au navigateur Alain Thébault, père du trimaran à foils Hydroptère, pour s'attaquer à plusieurs grands records océaniques, dont ceux des traversées du Pacifique et de l'Atlantique. - Guilain Grenier afp.com