Règlement de compte à Melun: « Ils ont pris mon frère au hasard »

FAITS DIVERS Âgé de 25 ans, Jawad a été poignardé à plusieurs reprises jeudi dernier. Il s’agirait d’un règlement de compte après la mort d’un jeune de Mée-sur-Seine en début de semaine…

Fabrice Pouliquen

— 

Jawad a été tabassé et poignardé par une bande de jeunes le 11 février dernier, rue Branly dans le quartier de Montaigu à Melun.
Jawad a été tabassé et poignardé par une bande de jeunes le 11 février dernier, rue Branly dans le quartier de Montaigu à Melun. — Capture d'écran / Google Maps

« Ils ont pris mon frère au hasard ». Naïma, 36 ans, est la sœur aînée de Jawad, un jeune homme originaire de Melun, grièvement blessé après avoir été tabassé et poignardé par une bande de jeunes le 11 février dernier, rue Branly dans le quartier de Montaigu à Melun.

Pronostic vital toujours engagé

Ce soir là, Jawad a été « extrait de sa voiture, roué de coups puis poignardé à plusieurs reprises » par un groupe de personnes arrivées en voiture. La police soupçonne une expédition punitive menée après la mort de Wildy Gourville, 18 ans, tué d’une balle dans l’abdomen au Mée-sur-Seine dans la nuit du 7 au 8 février.

Naïma évoque dans Le Parisien quatre coups de couteau, reçus au thorax, à la hanche et à la jambe. « Quand il a été opéré, il a fait un arrêt cardiaque vendredi à 4h du matin. Ils l’ont plongé dans le coma. Les plaies ont été suturées, notamment au poumon, mais il a fait une infection pulmonaire. » Le pronostic vital de Jawad est toujours engagé.

Il vivait à Toulouse depuis sept ans

Naïma est sûre : son frère a été pris au hasard et n’avait rien à voir dans la mort de Wildy Gourville. Depuis sept ans, il vit à Toulouse. « Il est revenu la semaine dernière pour fêter l’anniversaire de mon fils, raconte-t-elle. C’est un garçon gentil, qui aime rigoler. Jeudi soir, à 21h30, il a quitté mon appartement pour aller chez ma mère. Il était seul et il a croisé une bande qui cherchait une proie. »

« Tomber à 20 sur un, c’est vraiment lâche », déplore Naïma pour qui on aurait pu éviter cela. « Entre lundi et jeudi, des jeunes du Mée ont tourné en voiture à Montaigu. Il aurait pu y avoir plus de policiers dans le quartier pour que la tension retombe. »

Depuis l’agression de Jawad, trois habitants du Mée, défavorablement connus des services de police, se sont présentés spontanément au commissariat de Melun, précise Le Parisien. Mais, lors de leur garde à vue, ils n’ont rien avoué à propos du lynchage et des coups de couteau infligés à Jawad, jeudi dernier, dans le quartier de Montaigu. Ils ont été déférés ce mercredi matin à un juge puis mis en examen pour tentative d’homicide. Les trois hommes sont âgés de 17, 20 et 34 ans.