« Paris-Culteurs », l’appel à projet qui veut gagner 100 hectares de végétation à Paris d’ici 2020

VEGETALISATION Des toits, des murs, des parkings… Anne Hidalgo veut consacrer 40 nouveaux sites de la capitale à des projets de végétalisation ou d’agriculture urbaine...

Fabrice Pouliquen

— 

Le bois de Vincennes accueille déjà depuis 2014 une petite ferme où les Franciliens peuvent cultiver leurs légumes et fruits ou venir en acheter.
Le bois de Vincennes accueille déjà depuis 2014 une petite ferme où les Franciliens peuvent cultiver leurs légumes et fruits ou venir en acheter. — Oihana Gabriel/20 Minutes

Le projet s’appelle « Paris-culteurs » et se fixe un objectif clair : créer 100 hectares de végétation supplémentaire dans la capitale d’ici 2020. Lancé ce lundi matin par Pénélope Komitès, adjointe d’Anne Hidalgo en charge des espaces verts, il invite les jardiniers, paysagistes, agriculteurs, entrepreneurs, architectes, artistes ou encore acteurs de l’économie sociale et solidaire à développer des projets d’agriculture urbaine et de végétalisation sur 40 sites parisiens.

>> Lire aussi : Au parc de Bercy, Agricool fait le pari de cultiver des fraises… dans des conteneurs

Ces 40 sites- des toits, des façades, des murs, des parkings- sont en cours de recensement et la liste définitive sera dévoilée à la mi-avril par Pénélope Komitès. « Aéroponie [culture hors sol], aquaponie, hydroponie, permaculture, verger, champignonnière, culture en bas ou en pleine terre, murs comestibles, toits végétaux, plantes grimpantes ou descendantes, tapis de sedum : les Paris-culteurs pourront proposer toutes les techniques et tous les usages du végétal en ville », indique la mairie de Paris dans un communiqué.

« Zéro phyto » et économe en eau

l y a quelques conditions tout de même : les projets doivent être notamment « zéro phyto », c’est-à-dire sans pesticides, et économe en eau. Les candidats sont invités à rejoindre sur internet un groupe dédié à cette initiative. La ville de Paris a aussi d’ores et déjà embarqué 33 partenaires, de la SNCF à l’Opéra Bastille, en passant par Monoprix, ou les bailleurs sociaux Immobilière 3F ou Paris Habitat. Ces 33 partenaires s’engagent à libérer des surfaces dans le cadre du projet « Paris-culteurs ».