Règlement de comptes à Pigalle

M. B. - ©2007 20 minutes

— 

La plupart des quatorze personnes placées en garde à vue à la suite des affrontements de mardi matin dans le quartier Pigalle (18e) devaient être déférées hier soir ou ce matin. Au moins un mineur devrait figurer dans la liste. Parallèlement, quatre personnes ont été mises en examen hier matin pour « tentative d'assassinat, vol avec violence et violences volontaires avec armes » et trois ont été écrouées, après la violente bagarre qui a opposé des bandes rivales dimanche soir à la gare du Nord (10e), et dans laquelle deux personnes ont été blessées au couteau. Il ne fait plus de doute que les deux affaires sont liées, et qu'il s'agit d'un règlement de comptes entre bandes rivales. L'une réside dans les Hauts-de-Seine, épaulée pour la circonstance par une autre des Yvelines, l'autre étant composée de jeunes de Paris, du Val-d'Oise et de Seine-Saint-Denis.

Hachoirs, couteaux, scie à bois, bouteilles de verre, bombes lacrymogènes, peut-être même armes à feu : le quartier Pigalle a été le théâtre d'une vraie bataille rangée, et a opposé une centaine de personnes. On ne dénombre toutefois aucun blessé grave. Les motifs du règlement de comptes restent encore flous, mais pourraient être liés à la drogue, dit-on de source policière.

syndicat Le syndicat de police Alliance a dénoncé hier le fait qu'« aucun service de police ne centralise le travail sur les bandes » et estime que « chacun travaille dans son coin ».