Paris: Un data center très bruyant exaspère des riverains du Sentier

NUISANCE Ce n’est pas tant la salle des machines qui pose problème, mais le système de ventilation installé sur le toit et qui émet un « vrrrrrrrrrrrr » permanent…

Fabrice Pouliquen

— 

Un data center à Colombus dans l'Ohio aux Etats-Unis (photo illustration).
Un data center à Colombus dans l'Ohio aux Etats-Unis (photo illustration). — John Minchillo/AP/SIPA

Il faut imaginer un vrombissement permanent. « Un Vrrrrrrrrrrrrrr en bruit de fond sept jours sur sept, 24h/24 », raconte Adrien, porte-parole d’un collectif de riverains du Sentier. Cela fait deux ans maintenant que cette nuisance trouble la quiétude des rues Poissonnière, du Sentier, des jeûneurs et de la rue d’Uzès, dans le deuxième arrondissement).

Les riverains ont eu du mal à identifier ce bruit, avant de trouver le coupable : un data center exploité par l’entreprise américaine Zayo dans ses locaux au 19-21 de la rue Poissonnière. Les serveurs et autres équipements informatiques s’étalent sur 1.250 m² et permettent aux clients de Zayo de stocker leurs données informatiques et de se connecter rapidement à divers réseaux.

Le système de refroidissement… sur le toît

Mais ce n’est pas tant la salle des machines qui pose le problème. Le bruit émane du toit de l’immeuble où Zayo a fait installer un système de ventilation qui fait tourner en permaence 20 moteurs chargés de refroidir les serveurs.

 

Le bruit émane du système de refroidissement installé sur le toit de l’immeuble et qui refroidit en permanence les serveurs. - Photo/Collectif des riverains du Sentier

 

En septembre dernier, dans un appartement du 16 rue des jeûneurs, la préfecture de police a enregistré une émergence sonore [c’est-à-dire la différence entre le bruit ambiant et le bruit produit par l’installation incriminée] de 17 décibels. « C’est six fois le seuil autorisé par le code de l’environnement », rappelle Adrien. L’hiver, les ventilateurs tournent moins vite et les habitants vivent les fenêtres fermées. La gêne est moindre. Mais l’été, cela devient vite pénible… » 187 riverains se sont plaints de ces nuisances parmi lesquels 33 personnes, ceux qui souffrent le plus de ce bruit, ont décidé début janvier d’engager une procédure judiciaire.

Zayo fait amende honorable

Zayo reconnaît la nuisance sonore et dit tout faire pour la résorber. « Nous avons pris en octobre un grand cabinet d’audit pour proposer des solutions qui permettent d’annuler ce bruit, indique Frédérick Coeuille, directeur des opérations Zayo France. Il y a eu trois mois d’études et, aujourd’hui, nous passons commandes des nouveaux équipements. » Zayo a prévu d’y consacrer un million d’euros et s’est engagé à ce que les travaux soient terminés d’ici juin.

Adrien et le collectif des riverains du Sentier peinent à partager cet optimisme. « La promesse est exactement la même que l’an dernier. Des travaux avaient déjà alors été entrepris, mais n’avaient rien réglé du tout. Nous avons tout simplement le sentiment que les technologies actuelles ne permettent pas à Zayo de régler ces nuisances sonores et que depuis deux ans donc, la société cherche à gagner du temps. »

Pas le premier conflit entre habitants et data center

Dans sa procédure judiciaire, les 33 riverains du Sentier demandent donc la cessation d’activités. Une audience est prévue mi-février. Ce n’est pas la première fois qu’un collectif d’habitants traîne un exploitant de data center devant la justice. A La Courneuve, où les data centers sont légions, une association d’habitants nommé Urbaction93 a obtenu du tribunal administratif de Montreuil l’annulation d’un arrêt préfectoral, qui autorisait l’exploitation d’un data center rue Rateau. Là encore, le bruit mais aussi le risque d’incendies étaient pointés du doigt par les habitants.

Ce sont les deux seuls cas de conflits entre habitants et data center répertoriés en Ile-de-France, à la connaissance d’Antoine Perez-Munoz, chargé de mission à Bruitparif, l’observatoire du bruit en Ile-de-France. Pour l’instant… « Rien qu’entre Sentier et la Bourse, il y a une quinzaine de data center », rappelle Frédérick Coeuille. Tous doivent avoir un système de ventilation très performant et beaucoup l’ont installé, comme Zayo, sur le toit.