Hôpitaux de Paris: Martin Hirsch contraint de reporter ses vœux au personnel

SANTE S'opposant à la réforme du temps de travail à l'AP-HP, quelques dizaines de représentants syndicaux ont bloqué l'accès à la salle où le directeur général devait s'exprimer...

Christophe Quelais

— 

Martin Hirsch, le 12 janvier 2015.
Martin Hirsch, le 12 janvier 2015. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

S'il fallait un signe du malaise à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), en voici un. Le directeur général du premier employeur d'Ile-de-France, Martin Hirsch, a été contraint d’annuler ses vœux aux personnels ce jeudi. En cause, quelque « 150 délégués, élus et mandatés syndicaux », une « centaine », selon la direction, s’étaient installés en milieu d’après-midi à l’Hôtel Scipion (Paris 5e), où il devait s'exprimer. Le rassemblement avait lieu à l’appel de la CGT, FO, CFE-CGC, CFTC et Unsa, opposés à la réforme du temps de travail de Martin Hirsch.

Dans la soirée, une « cinquantaine » d’entre eux, selon la direction, continuaient de bloquer l’accès à la salle où Martin Hirsh devait prendre la parole, les invités patientant dans la cour de l’établissement.

>> A lire aussi : Martin Hirsch signe un accord avec la CFDT sur le temps de travail à l'AP-HP

« Je ne réponds pas à la provocation par la provocation », a-t-il commenté après avoir décidé d’annuler la cérémonie. Il a en outre souligné qu’il n’avait pas demandé l’évacuation des manifestants par les forces de l’ordre.

«Vol de nos repos»

Les manifestants souhaitaient montrer qu’ils continuaient à se « mobiliser contre le projet Hirsch », a expliqué la secrétaire générale de l’Union syndicale CGT de l’AP-HP, Rose-May Rousseau. Elle a réclamé de « meilleures conditions de travail » au lieu d'« un vol de nos repos », la réforme du temps de travail entraînant des suppressions de RTT.

« On ne peut plus rester dans un jeu de dupes », a résumé Thierry Amouroux (CFE-CGC), tandis que les manifestants scandaient « retrait, retrait, retrait du plan Hirsch ». « D’un côté, on nous dit que nous sommes des héros, de l’autre on réduit le budget de l’hôpital », a-t-il ajouté, en référence aux louanges des pouvoirs publics à l’égard des personnels de l’AP-HP pour leur prise en charge des victimes des attentats du 13 novembre.