Londres lorgne du côté du Vélib’

PHENOMENE Une délégation londonienne se rendra à Paris vendredi pour étudier le dispositif...

— 

AFPTV

Le succès du Vélib’ suscite l’intérêt de la capitale britannique. Une délégation londonienne menée par Jenny Jones, élue du Grand Londres et conseillère du maire de Londres, Ken Livingstone, se rendra à Paris vendredi pour étudier le système, a annoncé mercredi la Mairie de Paris. Jenny Jones doit rencontrer Anne Hidalgo, première adjointe (PS) de Bertrand Delanöe.

Ken Livingstone a demandé à la direction des transports de Londres d'étudier le dispositif et de faire des propositions adaptées à la capitale britannique. «Je suis convaincu qu'il y a beaucoup à apprendre de cette expérience parisienne», a-t-il récemment déclaré, après avoir vu les Vélib’ à Paris fin juillet lors de la fin du Tour de France.

Un horizon new-yorkais ?


Après Lyon, Barcelone, Stockholm, Oslo, Copenhague, Pampelune et désormais Paris - qui vient de franchir le cap des deux millions de locations-, Londres n’est pas la seule à s’intéresser à ce mode de déplacement urbain alternatif. L’idée semble en effet aussi faire son chemin du côté de New York.

A l’heure où la plus grande ville des Etats-Unis cherche des solutions pour améliorer sa circulation et lutter contre la pollution des gaz d’échappements, le «bike sharing» séduit certains New-Yorkais, comme l’atteste la campagne de promotion du New York Bike Share Project, une association créée par David Haskell, un architecte et urbaniste de 28 ans.