Petit vent, température fraîche, rien n'a empêché vendredi les curieux de tâter des nouveaux aménagements de Paris-plages, qui étend cette année ses parasols et ses transats jusqu'au bord du bassin de la Villette, au nord-est de la capitale.
Petit vent, température fraîche, rien n'a empêché vendredi les curieux de tâter des nouveaux aménagements de Paris-plages, qui étend cette année ses parasols et ses transats jusqu'au bord du bassin de la Villette, au nord-est de la capitale. — Pierre Verdy AFP

ETE POURRI

Le ciel, grain de sable de Paris-plages

La mairie refuse de communiquer sur la fréquentation de l'espace, impossible à chiffrer cette année...

Silence, on coule. A la Mairie de Paris, on refuse de donner cette année les chiffres de fréquentation de Paris-Plages, qu’on imagine peu fameux. L’équipe municipale serait-elle mégalo au point de se croire responsable jusqu’au mauvais temps sur la capitale? «Pas du tout, assure la Ville. Cette année Paris-Plages était sur trois sites. Et on a dit dès le début de l’opération qu’on ne pourrait compter le passage sur le nouvel emplacement de la Villette et au Port de la gare.»

Mais dans ce cas, pourquoi ne pas compter seulement les visiteurs de la voie Georges Pomidou comme les années précédentes ? «On y a pensé, mais on s’est dit que Paris-Plages était un ensemble».

A l’heure du bilan, il faut donc se contenter de se réjouir avec la mairie de la hausse de la fréquentation des boulistes, du «comportement civique» des visiteurs, ou encore des 25.400 signatures recueillies pour Ingrid Betancourt.

Niveau propreté, il faut en revanche saluer une grande transparence. La mairie ose afficher 58 tonnes de déchets collectées, soit « 2,22 tonnes d’ordures ménagères ramassées quotidiennement ». Sans oublier un autre chiffre-clé «propreté» livré par le communiqué : 92% d’ordures ménagères pour 8% d’emballages recyclables.

L’an passé, la mairie ne s’était pourtant pas cachée pour communiquer sur les 3,8 millions de personnes qui avaient posé le pied sur un sable parisien que la Mairie n’imaginait peut-être pas aussi mouvant.

Venez contribuer à notre débat «2007, un été pourri?»