Paris: Un «guide de la laïcité» distribué aux cadres municipaux pour rappeler la loi à la mairie

SOCIETE Ce document va être distribué aux 5.600 cadres de la mairie qui ont la responsabilité de quelque 50.000 agents municipaux…

R.L.

— 

Ce livret de 16 pages va être distribué aux 5.600 cadres de la mairie
Ce livret de 16 pages va être distribué aux 5.600 cadres de la mairie — R.LESCURIEUX

Un « guide de la laïcité » va être distribué aux cadres de la mairie de Paris. Objectif de ce document : « Aider à affronter des situations où la laïcité ne serait pas respectée par des agents », annonce ce mercredi la collectivité.

« Situations concrètes » et « consignes pratiques »

« La loi est compliquée et ne répond pas forcément de manière opérationnelle aux situations concrètes que rencontrent les encadrants sur le terrain », affirme Emmanuel Grégoire, adjoint aux Ressources humaines de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. Ainsi, ce livret de 16 pages – élaboré avec l’Observatoire parisien de la laïcité avant les attentats - donne des conseils pratiques (dialogue d’abord, sanctions éventuelles ensuite) aux

Le guide rappelle concrètement la loi dans des exemples comme les entretiens d’embauches, que faire quand un homme refuse de serrer la main de sa cheffe, comment réagir aux signes ostentatoires religieux, ou encore le cas de la prière sur le lieu de travail. « Des situations qui nous ont été remontées ces dernières années », précise Emmanuel Grégoire. « Nous donnons des consignes pratiques, claires et intelligibles » pour ceux qui peuvent être confrontés à ces situations, ajoute-t-il. Des stages de formation sont notamment organisés pour l’appropriation du document.

« Le climat a changé »

Le guide « répond à un manque » et les syndicats avaient fait savoir que « sur ces sujets sensibles, les agents ont besoin de consignes claires », indique Emmanuel Grégoire.

Dans les faits, l’adjoint indique que peu de cas ont été portés ces derniers temps à la connaissance de la hiérarchie, parce qu’ils n’existent pas ou parce qu’ils se règlent en sourdine et par la médiation. Il n’y a pas eu de signes de radicalisation à la mairie, mais « cela fait l’objet d’une vigilance très étroite de notre part », a-t-il tenu à préciser.

Moins d’une dizaine de cas ont été signalés depuis mars 2014, dit-il, mais « le climat a changé », rendant ce guide nécessaire. Concrètement, une personne qui voulait porter le voile a été licenciée il y a 3 ou 4 ans, poursuit Emmanuel Grégoire. Un homme qui refusait de serrer la main de sa cheffe a changé de comportement après menace de sanctions et d’autres priaient dans un placard de stockage en pensant avoir droit de le faire.