L'immeuble Nord Express, dans le 18e arrondissement, accueillera au printemps prochain deux nouveaux incubateurs de start-up lancés par la ville de Paris sur la ville durable.
L'immeuble Nord Express, dans le 18e arrondissement, accueillera au printemps prochain deux nouveaux incubateurs de start-up lancés par la ville de Paris sur la ville durable. — F. Pouliquen / 20 Minutes

START-UP

Paris: Deux nouveaux incubateurs ouvrent sur la thématique de la ville durable

Après le tourisme, le sport, ou encore l’e-santé, la vile de Paris ouvre deux nouvelles plateformes d’innovation thématiques. Cette fois-ci sur l’immobilier de demain et la logistique urbaine. L’appel à candidature est lancé…

« Des plateformes d’innovation que nous avons déjà ouvertes, celle-ci sera celle qui touchera le plus les problématiques qui se posent à la ville », lance Jean-Louis Missika, adjoint d’Anne Hidalgo en charge de l’urbanisme. Après le tourisme, le sport, l’e-santé, ou encore l’édition, la ville de Paris a lancé ce mardi un nouvel incubateur de start-up.

Ou plutôt deux, réunis sous la même thématique de la « ville durable » et sous un même toit : l’immeuble Nord Express de la rue René-Clair (18e). « La première plateforme portera sur l’immobilier de demain, précise Loïc Dosseur, directeur général adjoint de Paris & Co, l’agence d’innovation de la ville de Paris. Le second sera axé sur la logistique et la mobilité urbaines durables. »

Des appels à candidature jusqu’au 27 janvier

Ces deux plateformes d’innovation disposeront de quinze places maximum chacune. Les appels à candidature ouvrent ce mercredi et courront jusqu’au 27 janvier prochain. La rentrée, elle, se fera au printemps. Les critères de sélection ? « Le caractère innovant du projet porté par la start-up », répond Loïc Dosseur. Il faudra aussi que la jeune entreprise ait moins de cinq ans. « Nous ne voulons pas pour autant des start-up powerpoint, prévient Yann Bercq-Delost, responsable de la plateforme Immobilier de demain. Les candidats doivent avoir dépassé le stade du concept et avoir déjà quelques prototypes. L’idée est de pouvoir travailler immédiatement avec les grandes entreprises partenaires. »

Ces partenaires cette fois-ci se nomment Altera Cogedim, Cisco, Engie ou encore Nexity pour l’immobilier de demain, et Bouygues Eneriges/Colas, carrefour La Poste, la RATP et Total pour les logiques et mobilité urbaine durable. « A chaque fois, ces entreprises ont été sondées en amont de la création de la plateforme pour connaître leurs besoins et ce qu’ils attendent potentiellement des start-up », explique Loïc Dosseur.

Des nouvelles solutions à inventer

Pour l’immobilier de demain, la problématique est triple. « Ces entreprises demandent d’abord qu’on leur invente de nouveaux services à la personne, observe Yann Bercq-Delost. Des conciergeries qui répondraient aux besoins d’habitants ou de salariés d’un même immeuble. Il y a aussi beaucoup de questions sur le confort et l’emploi de nouveaux matériaux dans la construction de ces immeubles. »

La thématique de la logistique et la mobilité urbaine durable n’est pas sans enjeux non plus. « D’un côté, les livraisons issues du e-commerce augmentent de 15 % par an, note Marie-Xavière Wauquiez, qui sera chef de projet de cette plateforme pour Paris & Co. De l’autre, les citadins ne supportent plus les externalités négatives de la logistique en centre-ville : la pollution, l’encombrement, le bruit… » Les entreprises de ce secteur voit aussi arriver à l’horizon le véhicule autonome qui se démarre, se conduit et se gare tout seul. « Là encore, cela pose beaucoup de questions que les start-up pourraient aider à résoudre en apportant de nouvelles solutions », poursuit Marie-Xavière Wauquiez.

D’autres recrutements à venir ?

Les deux nouvelles plateformes de Paris & Co ne devraient pas manquer de candidatures. Elles ne seront pas les seules à recruter en 2016. Welcome city lab, dédié au tourisme, et Le Tremplin, axé sur le sport, lanceront dans les prochaines semaines des appels à candidature pour renouveler leur promo.

Un déménagement fin 2017 pour l’incubateur « logistique et mobilité urbaine »
La plateforme « Logistique et mobilité urbaine », lancée ce mercredi par la ville de Paris, ne prendra ses quartiers que de manière provisoire dans l’immeuble Nordexpress de la rue René-Clair. En novembre 2017, l’incubateur déménagera de l’autre côté des rails, dans la future halle logistique La Chapelle International. Ouverte par Sogaris, la société d’économie mixte spécialisée dans la logistique, cette halle logistique sera une grande plateforme multimodale par où transitera la marchandise avant d’être dispatchée dans la capitale. « Nous aurons 1.700 m² de locaux dans ce nouvel espace et, surtout, un terrain d’expérimentation en or à portée de main. »