Mosquée de Lagny: Découverte de munitions pour kalachnikov et de propagande de Daesh

PERQUISITIONS La mosquée de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), présentée comme salafiste, a été fermée cette semaine sur ordre de la préfecture...

20 Minutes avec AFP

— 

La mosquée de Lagny-sur-Marne, le 2 décembre 2015.
La mosquée de Lagny-sur-Marne, le 2 décembre 2015. — AFP

Les perquisitions menées dans le cadre de l'état d'urgence ont été fructueuses. Des munitions pour kalachnikov, des vidéos de propagande de Daesh et du « matériel pédagogique » ont été saisis après la fermeture, mercredi, de la salle de prière de Lagny-sur-Marne, a indiqué le préfet de Seine-et-Marne ce dimanche.

>> A lire aussi : Trois mosquées fermées depuis la semaine dernière

Une vaste opération de police avait visé mercredi cette mosquée présentée comme salafiste. Selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, un revolver et des documents sur le djihad avaient alors été découverts chez des dirigeants de la structure. Les perquisitions avaient conduit à la notification de 22 interdictions de sortie du territoire et à « neuf mesures d’assignation à résidence d’individus radicalisés ».

Une madrassa (école coranique) non déclarée avait aussi été découverte, sur laquelle le préfet a donné plus de précisions. « Des installations propres à l’exercice d’un enseignement pour enfants, du mobilier, du matériel pédagogique » ont été découverts, « tant dans les locaux de prière, objets de la fermeture, qu’au domicile de l’un des habitués ».

A titre d’exemple figurent, dans ce matériel pédagogique, « des disques de chants religieux à la gloire des martyrs du djihad liés à l’organisation terroriste Jabhat Al Nosra », branche syrienne d’Al-Qaïda, selon le communiqué.

Mercredi, le président de l’Association des musulmans de Lagny-sur-Marne, Mohammed Ramdane, avait dit sa surprise de voir les locaux fermés, en affirmant qu'« on n’a rien trouvé ». « On n’a rien caché, on ne cache rien », avait-il assuré.

La fermeture de la salle de prière de Lagny était la troisième décidée par les autorités depuis l’instauration de l’état d’urgence, après celles de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et de L’Arbresle (Rhône), la semaine précédente.