Attentats à Paris: Jumelage difficile entre Molenbeek et Levallois-Perret

POLITIQUE Le courant ne passe plus entre la commune belge et celle de banlieue parisienne... 

M.G.

— 

Capture d'écran du panneau affichant le jumelage entre Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et Molenbeek, en Belgique.
Capture d'écran du panneau affichant le jumelage entre Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et Molenbeek, en Belgique. — Facebook

Elles étaient jumelées depuis 1981. Mais depuis quelques jours, le divorce semble consommé entre la commune de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et Molenbeek (Belgique), où ont séjourné au moins trois des terroristes qui ont participé aux attentats de Paris, le 13 novembre.

>> Suivez les derniers événements liés aux attentats à Paris en direct

Sur Facebook, la première adjointe de la ville, Isabelle Balkany, indiquait le 18 novembre que ce jumelage avait été « initié par la municipalité levalloisienne socialo-communiste de l’époque, en 1981. » Et d’indiquer qu’il était « totalement mis en sommeil » depuis l’élection de « l’équipe dirigée par Patrick Balkany », en 1983,

 

Vous avez été un certain nombre à vous interroger, et à nous interroger, sur le jumelage de Levallois avec la ville de…

Posté par Isabelle Balkany sur mercredi 18 novembre 2015

Si Isabelle Balkany précise également que ce jumelage n’est « toujours existant que sur le papier », il est en tout cas largement moqué par les internautes. C’est en effet à Levallois-Perret qu’est installé le siège de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).

De l’autre côté de la frontière, la commune belge n’a pas mis longtemps à réagir. Sur la RTBF, Ahmed El Khannouss (CDH, parti de centre gauche belge), l’échevin (adjoint) en charge des jumelages depuis 2006, a fustigé dès le 19 novembre un « jumelage bidon », auquel Molenbeek n’a « jamais donné suite ».

La raison ? « La commune de Molenbeek ne voulait plus, à un moment donné, avoir de relations avec les époux Balkany, qui traînent quand même quelques casseroles depuis qu’ils sont à la tête de leur ville », lâche Ahmed El Khannouss. « Je pense que Madame Balkany, par sa sortie, avait besoin d’un coup de communication pour redorer son blason et celui de son époux. Voilà, c’est fait ! ».

Dans la foulée, Patrick Balkany, interrogé par le Scan du Figaro, a répliqué que « Molenbeek est surtout jumelée avec la DGSI ». Le maire, échaudé par les « propos pour le moins insultants » du premier échevin de Molenbeek, a par ailleurs adressé une lettre à la bourgmestre, que publie le Scan.

 

Le dernier épisode s’est joué ce vendredi sur Twitter, où le conseiller communal de Molenbeek a dit souhaiter que « notre commune ne soit plus associée à l’image des Balkany ».