Attentats à Paris: Baisse de la fréquentation dans les transports en commun

TRANSPORTS Depuis les attaques perpétrées vendredi soir, les usagers se font moins nombreux...

J. H.

— 

La RATP a relevé une baisse de sa fréquentation, depuis les attentats perpétrés vendredi à Paris et à Saint-Denis.
La RATP a relevé une baisse de sa fréquentation, depuis les attentats perpétrés vendredi à Paris et à Saint-Denis. — Joel Saget AFP

Pas désertés, mais moins bondés. C’est l’état du réseau des transports en commun en Ile-de-France depuis les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, vendredi. La RATP indique en effet avoir constaté une baisse de fréquentation de près de 10 % du métro et du RER. Ce, depuis lundi, par rapport à un début de semaine habituel. « Le phénomène est un peu plus marqué sur les stations touristiques », a ajouté l’entreprise publique, interrogée par France TV Info.

>> A lire aussi : Les Parisiens partagés entre crainte et refus de céder à la peur dans les transports

Monuments fermés

La journée la plus marquante a été celle de samedi, pour le réseau Transilien : la SNCF chiffre à environ 50 % la baisse du nombre de ses passagers, en comparaison à un samedi « normal », relève le site internet de France Télévisions. « Une désertion qui s’explique notamment par le fait que beaucoup de monuments comme les Invalides, la Tour Eiffel ou le Château de Versailles avaient fermé leurs portes. »

>> A lire aussi : La « boule au ventre » des professionnels du tourisme

Record de bouchons

La SNCF note toutefois un quasi-retour à la normale depuis lundi, sans pouvoir être plus précise car « seule une gare sur deux est équipée de portiques ou de tourniquets qui permettent le comptage des passagers », indique encore France TV Info.

Toujours est-il que, mardi matin, un pic historique de 529 km de bouchons a été enregistré en Ile-de-France, battant le précédent record de 483 km constaté le 6 octobre dernier. C’est le double d’un jour normal.