Régionales: Pécresse attaque Bartolone après une phrase sur Tariq Ramadan

POLITIQUE La candidate Les Républicains a attaqué à son rival socialiste après une interview sur la montée de l'islamisme radical en Seine-Saint-Denis...

20 minutes avec AFP

— 

Claude Bartolone (photo d'illustration).
Claude Bartolone (photo d'illustration). — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

La chef de file Les Républicains pour les régionales en Ile-de-France, Valérie Pécresse, a attaqué dimanche son rival socialiste Claude Bartolone après des propos évoquant Tariq Ramadan, universitaire suisse et petit-fils du fondateur des Frères musulmans.

« Il faut y être très attentif »

En cause, un passage d’une interview sur Radio J autour d’une montée de l’islamisme radical et du salafisme en Seine-Saint-Denis. « Il y a une phrase que j’ai toujours en tête et qui me sert de boussole dans mon engagement politique. C’est celle finalement issue de la pensée de Monsieur Ramadan qui tenait le discours en direction des enfants issus de l’immigration : "Vous ne serez plus jamais Sénégalais, Marocains, Algériens, Tunisiens, Égyptiens… mais vous ne serez jamais Français, donc vous êtes musulmans". Et il leur présente cette idée d’appartenir à une religion […] comme une identité de substitution. Et là, il faut y être très attentif », a-t-il ajouté.

Face aux « discriminations à l’embauche » ou à une « reproduction des élites qui donne l’impression à un certain nombre d’enfants que, quel que soit leur mérite, les efforts […] ils ne connaîtront jamais l’égalité réelle », M. Bartolone a estimé qu'« il peut y avoir ce genre […] de volonté de se reconnaître dans une identité religieuse. Mais c’est extrêmement minoritaire ».

« Ma boussole c’est la République »

Valérie Pécresse a écrit, sur le réseau social Twitter : « Ma boussole c’est la République, où les droits des femmes ne sont pas négociables ! #indignée ».

Porte-parole de Mme Pécresse pour la campagne régionale, Geoffroy Didier a lui aussi tweeté : « #Bartolone déclare avoir pour "boussole" Tariq Ramadan. Celui qui se contentait d’un "moratoire" de la lapidation des femmes ».

Plainte pour diffamation ?

L’entourage de la tête de liste socialiste pour les régionales en Ile-de-France fustige : « Après les mensonges, c’est la calomnie » que pratique le camp de la chef de file de la droite et du centre. « C’est honteux de la part d’une candidate supposée vouloir présider une région et d’une parlementaire. La campagne de Mme Pécresse va de plus en plus dans le caniveau. ».

Défendant son candidat comme « un responsable politique qui connaît la réalité des quartiers populaires et reste vigilant face aux discours que véhiculent certains théoriciens influents » et épinglant Geoffroy Didier comme « un artiste de la provocation », l’équipe de campagne socialiste a annoncé vouloir porter plainte pour diffamation.