Paris : Après l'affaire d'Alès, les Verts veulent un état des lieux des abattoirs fournissant les cantines de la capitale

ALIMENTATION Sont-ils tous irréprochables? C'est la question que pose le groupe écologiste dans une lettre adressée ce lundi à Anne Hidalgo...

Fabrice Pouliquen

— 

Les abattoirs fournissant les écoles parisiennes sont-ils irréprochables? C'est la question que pose le groupe écologiste à la ville de Paris.
Les abattoirs fournissant les écoles parisiennes sont-ils irréprochables? C'est la question que pose le groupe écologiste à la ville de Paris. — SERGE POUZET/SIPA

Les images choquantes tournées à l’abattoir d’Alès, montrant des animaux encore vivants au moment de la découpe, ont secoué les élus écologistes parisiens. Au point que le groupe se fend ce lundi d’une lettre à la maire de Paris, dont 20 Minutes a eu la copie.

Les règlements sont-ils bien respectés ?

Dans ce courrier, Anne Souyris et David Belliard, les deux co-présidents du groupe, demandent à la ville de Paris de prendre les mesures nécessaires pour rassurer les Parisiennes et Parisiens concernant l’approvisionnement en viande des écoles de la capitale. L’enjeu est de savoir si le règlement intitulé « protection des animaux au moment de leur mise à mort », entré en vigueur en janvier 2013 dans les Etats membres de l’Union européenne, est bien appliqué dans les abattoirs qui fournissent les caisses des écoles des 20 arrondissements parisiens ?

Ce document établit les règles sur l’installation et l’environnement de la mise à mort, les méthodes d’étourdissement, le certificat de compétence du personnel en charge de l’abattage, le matériel d’étourdissement. Il interdit aussi les méthodes d’immobilisation des bovins et instaure un responsable du bien-être animal dans les abattoirs.

Un état des lieux pas inutile

« Il n’y a pas de doutes spécifiques sur les caisses des écoles parisiennes, mais la vidéo montre qu’il y a un vrai besoin aujourd’hui de traçabilité sur les approvisionnements en viande et un vrai besoin de zèle sur les contrôles », justifie ce lundi le groupe écologiste au conseil de Paris. Le courrier s’adresse autant à Anne Hidalgo qu’aux 20 maires d’arrondissements. « Chaque caisse des écoles a ses contrats propres, soit en interne, soit délégué à un prestataire externe, reprend le groupe politique. Il serait bon, après l’affaire d’Alès, de faire un état des lieux. »

Retrouvez la vidéo ci-dessous… Attention, des images peuvent choquer les personnes les plus sensibles