IUT de Saint-Denis: Le directeur de nouveau victime d'une agression

VIOLENCES Samuel Mayol a reçu le soutien de Najat Vallaud-Belkacem et de Thierry Mandon...

20 Minutes avec AFP

— 

Le directeur et six enseignants de l'IUT Saint-Denis font l'objet de menaces de mort.
Le directeur et six enseignants de l'IUT Saint-Denis font l'objet de menaces de mort. — Google Maps

Cette fois, c’est en promenant son chien qu’il a été frappé. Le directeur de l’IUT de l’université Paris-13 à Saint-Denis, Samuel Mayol, a été « victime d’une nouvelle agression » vendredi soir, près de son domicile dans le 20e arrondissement de Paris.

Dans un communiqué commun, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon lui ont apporté ce samedi leur soutien. La ministre de l’Education nationale et le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur « souhaitent que le coupable de cette agression puisse être identifié dans les plus brefs délais afin que cessent ces agissements répétés ».

>> A lire aussi : L’affaire des menaces de mort du directeur de l’IUT Saint-Denis continue

« J’étais au téléphone avec lui quand j’ai entendu son chien aboyer violemment, puis un cri. La communication a ensuite été coupée », a raconté à l’AFP Florent Tétard, qui enseigne lui aussi à l’IUT. « Quand j’ai réussi à le recontacter, il m’a dit qu’il avait été agressé par-derrière par un homme qui lui a dit : “On va te buter.” » Selon Le Parisien, Samuel Mayol, qui souffre de contusions au front et à l’arcade, s’est vu prescrire une semaine d’arrêt de travail.

Dans un communiqué distinct, la direction de l’université Paris-13 a rappelé qu’une enquête était en cours depuis 18 mois « sur les faits graves de violence à l’encontre de Samuel Mayol, qui avait déjà été agressé en mai 2014, ainsi que sur des menaces de mort à répétition ». « Depuis cette date, de nouveaux faits sont signalés régulièrement aux autorités », poursuit l’université, qui demande elle aussi « que l’enquête soit suivie avec la plus grande vigilance ».

« Pour le moment, les investigations n’ont donné aucun résultat. Il n’y a pas assez d’éléments pour étayer la réalité des faits rapportés par Samuel Mayol. En outre, il n’est pas certain que tout cela prenne sa source dans le conflit qui a lieu au sein de l’IUT », a affirmé à l’AFP une source proche du dossier. Début octobre, Anticor a porté plainte pour « détournement et tentative de détournement de fonds publics » contre Rachid Zouhad, le directeur du département techniques de commercialisation avec lequel Samuel Mayol est en conflit ouvert depuis son arrivée à la tête de l’IUT début 2014. L’association de lutte contre la corruption a calculé que près de 5 000 heures de cours avaient été déclarées sans être intégralement effectuées, pour un préjudice d’au moins 130 000 euros.