Ouverture 7 jour sur 7: Première journée de grève au musée d'Orsay

SOCIAL Le personnel a voté ce mardi  la grève appelé par la CGT  pour protester contre l’ouverture sept jours sur sept du musée à compter de novembre. Elle pourrait être reconduite ce mercredi…

Fabrice Pouliquen
— 
Le personnel du musée d'Orsay décide ce mardi matin d'entrer ou non en grève pour protester contre l'ouverture sept jours sur sept du musée.
Le personnel du musée d'Orsay décide ce mardi matin d'entrer ou non en grève pour protester contre l'ouverture sept jours sur sept du musée. — JOEL SAGET / AFP

Ce mardi était jour de grève au musée d’Orsay. Réuni en assemblée générale dans la matiné, le personnel a voté à la majorité l’appel à la grêve lancé par la CGT. « Une nouvelle assemblée générale est prévue mercredi et décidera de la poursuite ou non de la grève, indique Frédéric Sorbier, secrétaire de la CGT Culture pour le musée d’Orsay et celui de l’Orangerie. Pour l’instant, la direction du musée n’a pas répondu favorablement à nos demandes. »

La grogne se cristallise sur une initiative du ministère de la Culture qui souhaite ouvrir le musée d’Orsay sept jours sur sept à compter de novembre, à l’instar du musée du Louvre et du château de Versailles. Orsay serait ainsi ouvert le lundi, jour de fermeture actuelle, pour accueillir uniquement des groupes scolaires, ce qui permettrait de dégager plus de places pour les touristes les autres jours de la semaine. La mesure vise à résoudre le problème de surfréquentation de ces musées dont les visites ont augmenté de plus de 60 % entre 2004 et 2014, indique Le Figaro.

L’ouverture de l’exposition temporaire décalée ?

Le projet d’ouverture sept jours sur sept ne plaît pas à la CGT. « Nous craignons que cette journée du lundi réservée aux scolaires devienne très vite autorisée à tout le monde et nous jugeons à ce jour peu fiables les promesses d’augmentation des effectifs promises par le ministère de la Culture. »

La grève pourrait perdurait sur plusieurs jours. « En 2011, un mouvement social avait entraîné la fermeture du musée d’Orsay pendant une semaine », rappelle Frédéric Sorbier. Le mouvement tombe mal pour l’établissement culturel qui vient d’accrocher sa nouvelle exposition temporaire dédiée aux femmes de mauvaises vies : Splendeurs et misères, Images de la prostitution.