Paris: 350.000 participants à la Techno Parade

MUSIQUE ELECTRONIQUE La manifestation a rencontré un franc succès...

20 Minutes avec AFP

— 

Une participante à la Techno parade parisienne, le 19 septembre 2015
Une participante à la Techno parade parisienne, le 19 septembre 2015 — THOMAS SAMSON / AFP

Carton plein pour la Techno Parade parisienne. Des dizaines de milliers de jeunes en rangs serrés derrière d'énormes «sound systems» ont participé samedi à Paris à la 17e edition de ce pèlerinage militant pour la reconnaissance d'un mouvement musical qui suscite encore l'opposition de certains élus locaux.

Pour la première fois depuis sa création en 1998 sous l'impulsion de Jack Lang, la Techno Parade a reçu le soutien d'un président de l'Assemblée Nationale, le socialiste Claude Bartolone, également candidat aux régionales en Ile-de-France, qui a donné le coup d'envoi du défilé. «Je ne demande pas aux gens de partager à 100% cette musique électronique, mais je les invite à écouter, à regarder ce qui est en train de s'inventer, les liens sociaux qui se créent», a déclaré à l'AFP Claude Bartolone.

Un défilé à connotation écologiste

Avec 60 DJ aux platines, quatorze chars dont plusieurs sous le signe de l'écologie à moins de 100 jours de la grande conférence sur le climat à Paris, 350.000 personnes, les cheveux parfois colorés à la bombe et déguisés, ont marché de Port Royal à la Place de la République, en passant par la Bastille, noire de monde.

House, Bubstep, Trans, Drum'n bass... : sous un déluge de décibels, les principaux courants de la techno ont transformé le coeur de la capitale en immense discothèque, sous un soleil généreux. A l'occasion de l'Année France-Corée, les DJ coréens Mushxxx, Soolee et DJ Guru, stars dans leur pays, ont fait vibrer le défilé.

Montpellier: I Love Techno Europe dévoile sa programmation

La techno encore ostracisée

Claude Bartolone a demandé «aux élus qui craignent les musiques électroniques, de découvrir ce qu'elles sont maintenant. Ces élus ont une image un peu infernale de la techno quand elle est apparue. Les choses ont changé. Ce sont des moments festifs. Il n'y a pas à avoir d'inquiétudes. Cette jeunesse est une opportunité, pas un risque !»

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang, absent de Paris pour cause de visite au Maroc avec le président François Hollande, a pour sa part déclaré à l'AFP samedi avant son départ qu'il fallait en finir «avec ces excommunications et ces diabolisations». « La Techno Parade contribue à faire reculer les préjugés et les ignorances, alors qu'il y a un extraordinaire renouveau de la musique électronique française qui est une richesse», a-t-il ajouté, joint par téléphone.

En mars, une nouvelle circulaire interministérielle reconnaissant que «les rassemblements techno sont au coeur de la vie culturelle des jeunes», a enjoint les préfets à nommer des médiateurs.