Cop 21: La crainte des Black Blocs pousse la hiérarchie policière à mobiliser tous ses effectifs

SECURITE Selon France Info, qui s’est procurée une note interne, les congés et les formations ne seront plus à l'ordre du jour pendant la durée de l'événement…

Fabrice Pouliquen

— 

Des membres du groupe anarchiste Black Blocs manifestent à Sao Paulo, au Brésil, contre la tenue de la coupe du Monde de football, le 30 mai 2014.
Des membres du groupe anarchiste Black Blocs manifestent à Sao Paulo, au Brésil, contre la tenue de la coupe du Monde de football, le 30 mai 2014. — YASUYOSHI CHIBA / AFP

« Vous prendrez toutes les dispositions nécessaires afin de restreindre les formations, les droits à repos et à congés. » La consigne a été passée dans une note interne à la police nationale signée de son directeur, Jean-Marc Falcone, et que France Info s’est procurée. La période visée court du 27 novembre au 11 décembre prochain, quinze jours pendant lesquels Paris accueillera la Conférence internationale sur le climat (Cop 21).

« Cet événement de grande ampleur devrait réunir 195 délégations internationales, 40.000 à 50.000 observateurs et 3.000 journalistes », poursuit la note. De quoi mettre tous les effectifs de la police sur le pont.

Le risque de manifestations revendicatives

Selon France Info, la menace terroriste ne serait pas la seule prise en compte. Les Black Blocs, des militants d’extrême-gauche jugés très violents, seraient aussi dans le collimateur de la justice. Ils ne sont pourtant pas mentionnés dans la note interne, mais le directeur de la police nationale parle de risques de manifestations « revendicatives », ce qui viserait expressément les Black Blocs qui attaquent régulièrement ces grands événements internationaux. Les dernières en date ? L’exposition universelle de Milan, en mars dernier, en marge de laquelle des manifestants avaient saccagé la ville, Nantes, en février 2014, lors d’une manifestation contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, ou encore, le Brésil au printemps 2014 pour dénoncer la corruption qui entourait la Coupe du Monde.