Paris: Frigide Barjot souhaite «beaucoup de bonheur» aux occupants de son ancien logement

LOGEMENT SOCIAL L’ex-chef de file de la Manif pour tous a dit à «20 Minutes» qu'elle ne supportait plus d'être qualifiée de fraudeuse…

Fabrice Pouliquen

— 

Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, tient une pancarte  enlèvements perpétrés par Boko Haram, lors d'une manifestation le 14 avril 2015 à Paris.
Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, tient une pancarte enlèvements perpétrés par Boko Haram, lors d'une manifestation le 14 avril 2015 à Paris. — MARTIN BUREAU / AFP

« Je souhaite beaucoup de bonheur à ces cinq étudiants. » Contactée par 20 Minutes, Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, l’ex-chef de file de la Manif pour tous, voit d’un bon œil la transformation de son ex-appartement de 173m², dont elle a été délogée par décision de justice en octobre dernier, en colocation étudiante inaugurée ce mardi. « Seulement, je trouve regrettable que Ian Brossat [l’adjoint PCF d’Anne Hidalgo en charge du Logement] me présente toujours comme une fraudeuse dans le communiqué diffusé sur le site Internet de la ville de Paris et dans lequel il invite la presse à l’inauguration de cette colocation. »

Un dossier qui fait toujours l’objet d’un appel

Le texte évoque en effet la décision du tribunal d’Instance du 15e arrondissement de Paris, du 30 octobre 2013, qui ordonnait l’expulsion de Frigide Barjot et de sa famille du logement social de la RIVP [Régie immobilière de la ville de Paris] qu’ils occupaient. Le tribunal avait jugé que le couple avait domicilié illégalement une entreprise à leur adresse personnelle, alors que toute commercialisation de son logement était interdite par les clauses de son bail.

« Mais, cette décision de justice fait toujours l’objet d’un appel. La prochaine audience est prévue le 26 novembre », rappelle Frigide Barjot. L’ex-chef de la Manif pour tous appuie notamment sa défense sur une lettre de 1986 de la RIVP « qui autorisait la domiciliation d’une entreprise à notre adresse sans limitation dans le temps ». Une lettre qui a jusqu’à présent été écartée par le juge.

Frigide Barjot ne veut pas récupérer son triplex

Si elle gagne en appel, Frigide Barjot demandera des dédommagements et une réhabilitation. Mais elle assure ne pas vouloir retrouver son triplex. « Ces cinq étudiants y sont bien. Tant mieux pour eux. J’espère qu’ils auront une vie aussi engagée et active dans le bon terme que j’ai eu dans ce logement ces deux dernières années. C’était là que le mouvement de la Manif pour tous puis, plus tard, mon association L’Avenir pour Tous avaient élu leur QG. »

Frigide Barjot planche actuellement sur un nouveau livre dont la sortie est prévue le 25 septembre. « Il s’agira d’un recueil de témoignages de personnes homosexuelles comme hétérosexuelles qui ont participé au mouvement de la Manif pour tous et qui défendent une union civile sans changement de la filiation, explique-t-elle. On a peu entendu leur voix jusqu’à présent. »