Le casino gagne à tous les coups

©2007 20 minutes

— 

Le casino d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise) peut se frotter les mains. Tous les joueurs superstitieux, et ils sont nombreux, ont coché la date de samedi dans leur calendrier. Le 7/7/07 fait même davantage rêver que le vendredi 13 de la semaine prochaine. « Il n'y a rien de rationnel dans le jeu. On ne peut pas comprendre le raisonnement des clients », se réjouit la direction du casino. « Des bouts de pain rassis, des bâtons d'encens... On retrouve de tout ici, racontent les employés du casino, qui sourient de ces gris-gris. Certains joueurs errent, comme s'ils étaient perdus, lorsque leur machine fétiche est remplacée. D'autres sont munis de petits carnets et notent tout, cherchant à établir une loi des grands nombres, comme d'autres cherchent la fin du chiffre pi toute leur vie. »

Cling, cling, cling : Nathalie, la quarantaine, vient de gagner 1 200 €. « C'est ma machine fétiche, son numéro finit par 07 », dit-elle sérieusement. Nathalie est là parce qu'aujourd'hui, c'est « la date d'anniversaire de décès de sa grand-mère ». Elle reviendra la semaine prochaine pour l'anniversaire de son fils. Elle ne sait plus combien elle a misé depuis le début de l'année, avant de toucher ce petit jackpot. Et ne veut pas le savoir. « Je sais juste que ces 1 200 € vont me permettre de payer des vacances à mon fils. » Elle hésite. « Est-ce que je rejoue ? » Le directeur du casino est par hasard à ses côtés. « Vous voulez savoir ce que je ferais à votre place ? », lui demande-t-il. « Je sais, je sais : c'est hyper dangereux », répond-elle dépitée. Le directeur enchaîne : « Mais non, quand on est en veine, comme ça, il faut jouer. » Avant de modérer son propos devant les regards interloqués des visiteurs. « Enfin, vous pouvez déjà mettre votre mise de départ de côté pour être sûre de la garder. » Nathalie rejouera. Comme tant d'autres. Si on ne sait jamais sur quels numéros la roulette s'arrêtera, d'autres chiffres sont bien plus sûrs : chaque jour, Enghien, le plus grand casino de France et le seul d'Ile-de-France, réalise en moyenne un chiffre d'affaires de 450 000 €. Une recette considérablement boostée par l'arrivée des machines à sous en 2002 et par leur multiplication, puisqu'Enghien dispose aujourd'hui d'un parc de trois cent cinquante machines. Mais la direction du casino, qui a accepté d'ouvrir ses coulisses à 20 Minutes, en veut toujours plus : « Chaque week-end, il y a deux rangées de queues derrière chaque machine », assure-t-elle. Pour l'instant, le ministère de l'Intérieur résiste à la demande insistante d'en augmenter le nombre. Encore un peu sensible au danger que peuvent représenter ces machines.

fraude
Si les employés qui réparent les bandits manchots retrouvent de multiples porte-bonheur, ils tombent aussi fréquemment sur des traces de tentative de fraude : « Cela arrive qu'on retrouve des francs CFA. A une époque, c'était les pièces de deux livres turques qui ressemblaient à nos pièces de 2 €. On a aussi déjà retrouvé des bouts de ficelle : des gens qui faisaient le yo-yo avec leur pièce en espérant que cela fonctionne. » Mais si elles sont détectées, c'est en règle générale que ces tentatives ont échoué.