Paris dévoile 65 mesures pour limiter le gaspillage d’ici 2020

ECONOMIE CIRCULAIRE Anne Hidalgo a présenté ce lundi un livre blanc de propositions concrètes pour développer l’économie circulaire dans la métropole…

Fabrice Pouliquen

— 

Un camion de collecte des déchets, à Paris le 1er octobre 2012
Un camion de collecte des déchets, à Paris le 1er octobre 2012 — Jacques Demarthon AFP

Créer un lieu emblématique de l’économie circulaire, sensibiliser les citoyens sur les énergies de récupération, protéger les terres agricoles pour assurer des circuits alimentaires de proximité, former des professionnels du réemploi et de la réparation, rendre le tri obligatoire ou encore lancer Wastebook, le premier réseau social du déchet et des ressources…

Moins de matières premières et moins d’énergies non renouvelables

La liste court sur plusieurs pages. Il y a 65 mesures en tout, toutes destinées à développer l’économie circulaire dans le Grand Paris. Anne Hidalgo, la maire, les a présentées ce lundi matin à l’occasion des journées de clôture des états généraux de l’économie circulaire, qui se tiennent jusqu’à mercredi à l’Hôtel de ville.

L’objectif de ces mesures est de mettre en place des méthodes de production de biens et services qui se fixent pour objectif de limiter fortement la consommation et le gaspillage des matières premières et des sources des énergies non-renouvelables.

40 millions d’euros d’ici 2020

La ville de Paris veut consacrer 40 millions d’euros à ce secteur d’ici 2020. La somme servira notamment à financer la mise en place des 65 mesures présentées et dont les premières seront mises en œuvre dès l’an prochain.

Ces propositions visent à inciter les acteurs de l’économie circulaire via la commande publique, à changer les mentalités, à trouver des nouvelles solutions pour l’alimentation, à faire évoluer les réglementations. Les 65 mesures ont été compilées dans un livre blanc accessible au grand public.