Incendie rue Myrha : Ce que l'on sait de l’enquête

FAIT DIVERS Un homme d’une trentaine d’années a d’ores et déjà été interpellé. Mais les policiers sont prudents. L’enquête commence tout juste…

Fabrice Pouliquen
— 
Des pompiers dans la rue Myrha après l'incendie meurtier du 2 septembre 2015
Des pompiers dans la rue Myrha après l'incendie meurtier du 2 septembre 2015 — Fabrice Pouliquen/ 20 Minutes

Huit morts dont deux enfants et une origine sans doute criminelle. L’enquête, qui commence tout juste dans l’incendie du 4 rue Myrha, a déjà débouché sur une interpellation… 20 Minutes fait le point.

Comment s’est propagé le feu ?
« Par la cage d’escalier », répond Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur. C’est ce qui pourrait expliquer la rapide propagation de l’incendie aux cinq étages de l’immeuble. « Ces cages d’escalier provoquent des appels d’air et, dans beaucoup d’immeubles, elles sont en bois ce qui ne fait que faciliter la progression des flammes », poursuit le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Lire aussi : L’horreur racontée par les premiers témoins

L’immeuble sinistré n’était en tout cas pas délabré. « Au contraire, il avait été réhabilité il y a trois ou quatre ans », explique Olivier, qui habite le 2 de la rue Myrha. Pierre-Henry Brandet et le commandant Plus confirme la bonne tenue de cet immeuble d’habitation de cinq étages qui disposait de quinze logements.

Pourquoi l’enquête s’oriente-t-elle vers la piste criminelle ?
La brigade criminelle a en effet était très rapidement saisie dans cette affaire et la police scientifique menait déjà les premières investigations sur place ce mercredi matin. « C’est que les pompiers sont intervenus à deux reprises à la même adresse dans la nuit, précise Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Une première alerte avait en effet été lancée à 2h20 au 4 rue Myrha pour un feu de papier dans le hall d’immeubles. Il avait été rapidement maîtrisé.

De quels éléments dispose la police ?
De témoignages déjà. Pierre-Henry Brandet a confirmé ce mercredi midi que des témoins disent avoir vu un homme s’enfuir en courant du 4 rue Myrha. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur mise aussi beaucoup sur l’exploitation d’une caméra de vidéosurveillance fixée au croisement de la rue Affre et de la rue Myrha. L’enquête semble avancer rapidement. La radio RTL a annoncé ainsi l’interpellation d’un homme qui a été placé en garde à vue.

Qui est l’homme interpellé ?
Il est âgé de 36 ans et est connu des services de polices pour «une vingtaine de faits, dont des affaires de stupéfiants, des vols et des dégradations de biens privés », indique à l'AFP une source proche de l'enquête. Sans domicile fixe d'après BFMTV, il a été interpellé à proximité du 4 rue Myrha et portait sur lui une bougie et un briquet. Il a été interpellé par la brigade anticriminalité « à la suite de l’exploitation des premiers témoignages et des images de surveillance ». « Mais on est très prudent, ce n’est que le début de l’enquête », précise une source proche de l’enquête à l’AFP.

Qui sont les victimes ?
Peu d’informations filtrent encore sur ce point. Le bilan, très lourd, fait état de huit morts et de quatre blessés légers dont le pronostic vital ne serait pas engagé. Elles habitaient toutes au 4 rue Myhra. « Les victimes sont mortes d’asphyxies, à l’exception de deux d’entre-elles qui se sont défenestrées », explique Pierre-Henry Brandet.

Parmi les victimes figuraient deux enfants, « probablement frères », détaille le commandant Plus, porte-parole des sapeurs pompiers de Paris.

L’incendie est-il désormais maîtrisé ?
Il l’est depuis 8h, mais une trentaine de pompiers s’activaient toujours à 10h ce matin au 4 de la rue Myrha. « Il faut désormais déblayer le sinistre, éviter tout nouveau départ de feu et sécuriser la cage d’escalier, très endommagé au niveau des 4e et 5e étages et qui ne supporterait pas le poids d’un homme », précise le commandant Plus, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris.