Incendie rue Myrha : Un suspect a été interpellé

FAITS DIVERS Lors de l'arrestation, il avait sur lui une bougie et un briquet...

F.P. avec AFP
— 
Selon la radio RTL, un suspect a été interpellé après l'incendie du 4 rue Myrha.
Selon la radio RTL, un suspect a été interpellé après l'incendie du 4 rue Myrha. — F.Pouliquen/20minutes

Un suspect aurait été interpellé ce mercredi midi dans le cadre de l’enquête sur l’incendie d’un immeuble au 4 rue Myrha, dans le quartier de la Goutte d’Or (18e). L’information, sortie par la radio RTL, a été confirmée peu après par l’AFP.

L’homme de 36 ans placé en garde à vue dans la foulée de l’incendie. Il est connu des services de police et avait sur lui une bougie et un briquet, a-t-on appris de source proche de l’enquête. « Il est connu pour une vingtaine de faits, notamment des affaires de stupéfiants, des vols et des dégradations de biens privés », a dit cette source à l’AFP.

Interpellé suite à l’exploitation des témoignages et des images de vidéosurveillance

Il a été arrêté « à proximité » du 4, rue Myrha, dans le nord de Paris, où se trouve l’immeuble d’habitation qui s’est embrasé au petit matin. L’homme, « qui pourrait avoir été présent » sur les lieux du drame, a été interpellé « à la suite de l’exploitation des premiers témoignages et des images de vidéosurveillance », avait auparavant expliqué une autre source proche de l’enquête.

La brigade criminelle de la police judiciaire a été chargée de l’affaire. « La piste criminelle est privilégiée », a confirmé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Les pompiers sont intervenus peu après 2h dans cet immeuble pour un feu de papiers « limité », puis à nouveau à 4h30 pour un incendie beaucoup plus vaste, qui s’est propagé du rez-de-chaussé au cinquième étage. Six personnes sont mortes intoxiquées, dont deux enfants, et deux autres sont décédées en se défenestrant face à l’avancée des flammes.

« Des élèves de l’académie de Paris font partie des victimes, dont le recensement est encore en cours », a déclaré le rectorat dans un communiqué, précisant qu’une « cellule d’assistance » serait « mise en place dès demain (jeudi) matin dans les établissements concernés par ce drame ».