Passe Navigo: «Est-ce que je peux voyager partout avec le nouveau forfait?»

REPORTAGE Ce lundi, la SNCF et la RATP déployaient 4.000 agents dans toutes les gares d’Ile-de-France pour répondre aux questions des usagers à propos du nouveau forfait Navigo…

Paul Blin Kernivinen

— 

Illustration passe Navigo
Illustration passe Navigo — CHAMUSSY/SIPA

« Ça fonctionne dès aujourd’hui ? ». Sur les quais bondés de la gare Montparnasse, où se pressent comme chaque jour des milliers de passagers, certains voyageurs sont un peu perdus en ce lundi matin. « Est-ce que je peux voyager partout avec le nouveau forfait ? », se demande d’ailleurs l’un d’entre eux.

Un - Paul Blin Kernivinen/20minutes

Un forfait « toutes zones » à 70 euros par mois

La raison de ce flottement ? L’entrée en vigueur, ce mardi 1er septembre, du nouveau passe Navigo toutes zones. Pour 70 euros par mois, les usagers pourront ainsi circuler librement entre les zones 1 et 5 des transports en commun d’Ile-de-France.

Le Passe Navigo unique en trois questions

Mais cette réforme tarifaire n’est pas forcément comprise par tout le monde. « Je peux aller en zone 2 ou 5 pour le même prix ? », demande une usagère légèrement déboussolée. Un peu plus loin sur le quai, un autre voyageur galère lui aussi pour recharger son passe sur une des bornes.

4.000 agents déployés

Pour répondre aux questions de ces usagers un peu perdus, la SNCF a déployé plus de 4.000 agents sur les 380 gares d’Ile-de-France. A cela viennent s’ajouter 300 « gilets rouges », des volontaires de l’Information qui travaillent habituellement dans les bureaux, mais qui ont été appelés en renfort pour pouvoir informer et rassurer les voyageurs, détaille l’entreprise de transport.

Alain Krakovitch, directeur de Transilien, renseigne des usagers - Paul Blin Kernivinen/20minutes

 

Pour l’occasion ce lundi, Alain Krakovitch, directeur de Transilien, avait même enfilé un gilet rouge SNCF par-dessus sa veste de costume. « C’est important de donner l’exemple et de se mobiliser pour répondre aux questions des usagers. Surtout les premiers jours, ils risquent d’être un peu perdus », confie-t-il en attendant les voyageurs qui descendent sur le quai.

A quelques mètres, un groupe de trois de ces « gilets rouges » de la SNCF vient en aide aux clients, de plus en plus nombreux à heure matinale.

« Demain nous serons toujours présents dans les gares, mais cette fois-ci, nous serons équipés d’un livret pour chaque ligne. On pourra y trouver des informations sur les tarifs mais aussi des informations sur les futurs travaux », explique notamment un des volontaires, avant de retourner répondre aux questions.