L'Ile-de-France a sa dose de pesticide

©2007 20 minutes

— 

On respire de tout en Ile-de-France. Même des pesticides. Utilisés pour combattre les mauvaises herbes ou les insectes, ils sont aussi présents dans l'air francilien qu'en Champagne-Ardenne ou Poitou-Charentes, selon une étude d'Airparif dévoilée hier*. Présentation.

· Est-on mieux protégé des pesticides en ville ? Oui. L'étude a trouvé une vingtaine de pesticides en zone agglomérée, contre une trentaine en zone rurale. « Plus l'activité agricole est importante aux environs des sites de mesure, plus le nombre de pesticides est élevé et les concentrations importantes », remarque Airparif. « Mais la pollution n'a pas de frontière, souligne Marc Ambroise-Rendu, de l'association Ile-de-France Environnement, et on trouve même des pesticides agricoles aux Halles ! » En plus, d'autres pesticides, employés à des fins non agricoles (jardinage, usage domestique...) sont davantage présents dans l'agglomération parisienne qu'en zone rurale.

· Trouve-t-on les mêmes pesticides dans l'eau que dans l'air ? Non, car « certains pesticides se détruisent au contact de l'eau, pas de l'air », explique-t-on à Airparif. Ainsi, si l'on a trouvé du lindane (présent dans les produits vétérinaires), pourtant interdit depuis 2003, « c'est peut-être à cause de sa persistance dans l'atmosphère. » « Inacceptable » pour IDF Environnement, qui souhaite voir « interdits les produits à longue toxicité ».

· Les pesticides sont-ils dangereux pour la santé ? Oui. Des études mettent en avant des liens possibles avec l'apparition de cancers. « Est-ce que dans trente ans, on ne va pas connaître un scandale semblable à l'amiante ? », interroge l'association.

· Y a-t-il des normes à respecter ? Non, pas pour l'air. C'est pourquoi les niveaux mesurés « ne permettent pas d'interpréter ces résultats au regard d'un risque sanitaire », selon Airparif.