Paris: L’agresseur sexuel du métro parisien récidive

FAITS DIVERS L’homme interpellé possède un casier judiciaire avec pas moins de 112 affaires et 29 condamnations…

C.T

— 

Les usagers du métro à Paris
Les usagers du métro à Paris — Miguel Medina AFP

Un homme de 29 ans a été arrêté ce jeudi pour une nouvelle agression dans le métro parisien, a rapporté Le Parisien ce jeudi en fin d’après-midi. Connu des forces de police, l’homme possède déjà un casier judiciaire bien rempli avec pas moins de 112 affaires en tout genre et 29 condamnations, notamment pour violences et agressions sexuelles. La semaine dernière, l’homme avait agressé une jeune femme qu’il avait abordée dans le métro de la ligne 1 en direction de La Défense.

L’agresseur avait accosté la jeune femme pour un motif anodin, puis s’était assis à ses côtés dans une rame. Très entreprenant, l’homme aurait insisté et réussi à obtenir son numéro de téléphone malgré les tentatives de la victime pour repousser ses avances.

En garde à vue à la sûreté régionale des transports

L’homme est ensuite descendu à la station George-V dans le 8e arrondissement. La jeune fille va alors vivre un véritable enfer, constamment harcelée et menacée. La victime a fini par déposer plainte contre son agresseur. L’enquête a permis d’identifier rapidement le suspect, grâce à la localisation de son portable dans la commune de Fosses (Val-d’Oise).

Une fois les vérifications effectuées, les forces de l’ordre ont découvert que l’homme de 29 ans avait passé le week-end dernier en garde à vue dans le commissariat du 8e. Le suspect devait comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris pour des violences volontaires aggravées et une autre agression sexuelle.

Les forces de polices ont donc arrêté l’agresseur chez lui ce jeudi matin. Le témoignage de la victime a permis d’identifier formellement l’homme, grâce aux vêtements et aux lunettes qu’il portait ce jour-là. Ses habits ont été retrouvés lors de la perquisition de son domicile. L’homme est retourné en garde à vue mais cette fois-ci à la Sûreté régionale des transports.